Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 19:29

 

 

 

 

 

Maintenant que la maison est hors d'eau, il est possible de mettre l'isolant dans la dalle bois. Comme je l'expliquais dans le chapitre "dalle bois" nous avons mis les plaques d'osb 8mm entre solives, et c'est sur ces plaques d'osb que nous mettons les ballots de paille.


DSCN1468Plancher de fond de caisson



Avant de m'attaquer à ce gros chantier paille, j'isole avec de la laine de bois venant d'un précèdent chantier, les petits coins inaccessibles. C'est le cas de l'entre poutres porteuses centrales. Là j'y mets 30cm d'isolant.

DSCN1471La laine de bois de chez steico . coupée à environ 10-11cm pour un espace de 10cm



DSCN1472Je découpe les morceaux de laine de bois à la meuleuse. C'est rapide et propre.



Mais passons aux choses sérieuses: Les bottes de paille

DSCN1473J'estime mes besoins pour la dalle à environ 100 bottes.




Pour la retaille des bottes, j'avais trouvé ce document sur internet


aiguille-copie.jpg

et je pensais que ce serait facile de faire des petites bottes de 20 cm de hauteur à partir d'une botte de 80cm de long. Donc 80 : 20 = 4   . Ben ce n'est pas aussi simple mais ça le fait tout de même

Je me suis fait une aiguille avec une tige inox de 10mm,



isolation-dalleN0638.jpgvoici l'aiguille réalisée


Mais j'ai laissé tomber l'aiguille car pas facile pour faire autant de bottes

. J'ai donc fait  une "boite diviseuse" ! J'ai trouvé l'info  ici

Ben, ça fonctionne, Celà donne des petites bottes d'épaisseur de 20cm et de 45cm de long et de35cm de large.

DSCN1477Voici ma boite



Les entre-axes des solives varient de 39 à 42.  Il faut donc mettre les bottes en force.
J'utilise pour ce faire des chutes d'osb de 8mm pour faire levier. J'ai utilisé également des bèches de jardin, mais les manches sont trop longs et la surface de la bèche est plus faible que celles des plaques d'osb!!


DSCN1478Après beaucoup de tatonnement, j'ai réussis à finir mes premiers m2.


La mise en place des bottes est simple....simple mais difficile! Celà demande une grosse dépense d'énergie. Le soir, il faut se le dire, nous sommes fatigués!!
Donc on met la botte entre les plaques d'osb et on appuit  dessus avec les genoux, avec les pieds. Chacun son truc. On se débrouille.




vlcsnap-37882

vlcsnap-38016-copie-1.pngen plein effort.


Une fois la botte mise entre solives, on s'assoit dans le rand et on tasse avec les pieds sur la botte. Il faut pas que l'on puisse passer une main entre deux bottes.
Ensuite, afin qu'il y ai un minimum de brin à passer sur les solives, on passe un coup de bèche  sur les bords de bottes afin de d'enfoncer les brins rebelles. .

vlcsnap-37645

DSCN1606vue d'une botte en place.


Pour les entre axes plus faibles entre solives  il faut faire des bottes de plus faible d'épaisseur sinon, elles sont difficiles à mettre en place, et elles ressortent trop au dessus des solives . Il est impossible de les tasser verticalement avec les plaques d'osb.

En bout de chaque caisson,  il est impossiblede tasser la botte latéralement avec les pieds, alors nous avons utilisé le cric de la voiture pour faire de la place pour la dernière botte.  Là, il faut avouer que la technologie a évolué !

DSCN1576avant la compression le cric passe à peine



DSCN1577après la compression, il est possible de mettre une dernière botte.


Au niveau de l'arrivée des réseaux, je rajoute des entretoises entre solives afin de protèger les gaines. La paille est très compressée, et elle risquerai d'écraser les gaines. Je pense que l'efficacité thermique autour des gaines sera meilleure avec la laine de bois. 

DSCN1582avant l'isolant


J'ai rajouté un tuyau de 100 afin de permettre le passage de réseaux futurs ( éclairage garage, cuve récupération d'eau...)


DSCN1611Après l'isolant



Une fois la paille en place,  je la tasse en vissant provisoirement les plaques d'osb de la dalle.

DSCN1595la paille est tassée par des plaques d'osb vissées provisoirement


Par contre, la paille une fois mis en place ne s'étale pas, ne "s'expend" pas et ne va pas vers les endroits les moins tassés.  Ce n'est pas un tassement uniforme. Il faut repasser et vérifier qu'il n'y a pas de trou. Sinon, il faut les boucher.
Il me semble que les ficelles des bottes interdisent à la paille de bouger une fois qu'elle est emprisonnée dans les caissons.
J'ai donc coupé les ficelles juste avant de fermer les caissons. Je pense que c'est réellement la chose à faire.  En coupant les ficelles, les bottes de paille reprennent du volume....normallement!

Vous pouvez voir la suite de la construction de la dalle  ici



Les murs:

 

 

Ah! la galère! démoralisant! 

Comme pour la dalle, c'est difficile. Efficace surement, mais très long et très pénible à mettre en place. On a l'impression que ça n'avance pas et ça n'avance pas!

Il y a des méthodes de construction qui permettent une pose plus facile que celle que j'emploie, mais ....je fais avec ce que j'ai.

Je ne fais pas de chantier participatif pour la pose des bottes de paille. Je préfère bosser seul ou avec un copain de temps en temps (merci Vt  et à charge de revanche quand ton tour sera venu ;-)  ) 

Et la charge de revanche est arrivée, et .........chez lui c'est vraiment très aisé à mettre les bottes. tout est ici

Toute l'efficacité de l'isolation se jouant dans la pose de l'isolant je finiole au maximum,  


Je fais l'ossature intérieure à l'avancement. Celà parce que j'ai stocké la paille dans la maison et que je n'ai pas assez de place tant que je n'utilise pas les bottes.


Les bottes sont mises sur le flan, soit une épaisseur de 35cm. Je me suis dis que si je mettais 35cm entre l'ossature extérieure et l'ossature intérieure ce devrait être bien. J'ai fait un essai et effectivement la botte allait bien, sans jeu entre les montants.un peu sérrée. le pied quoi!!


J'ai donc fais mon ossature secondaire dans un style "GREB"  et....tout ne se passe pas comme je le voudrais. Les bottes ne sont pas toutes de la même taille, et c'est là tout mon malheur. J'ai fait des essais avec des bottes de 35cm d'épaisseur , mais la majorité de mes bottes faisait 37cm d'epaisseur. Allez mettre 37cm de paille dans 35cm!! 


La pose des 3, 4 premières rangées est disons simple, après c'est plus difficile.

 

M'enfin, il faut bien mettre en place ces satanées bottes.  Quand ce sera fini j'aurai une super isolation qui m'aura fait suer, m'aura souvent démoralisé mais aura développé ma musculature!! Madame est contente ;-))


Avant de poser une rangée de bottes, je soupoudre largement de chaux. Il semble que pour les  éventuels petits insectes c'est mieux. Ca ne coute pas grand chose de le faire après tout.

 

Sur le sol, afin de rattrapper l'épaisseur de 4cm de la lisse basse, je mets de la paille en vrac légèrement tassée.

 

DSCN2038.JPG

la chaux et la paille en vrac avant la pose de la première rangée de bottes

 

 

Avant de mettre les bottes, il faut penser à mettre de la paille dans l'épaisseur de 4cm de l'ossature extérieur. j'utilise des panneaux d'OSB de 8mm pour tenir la paille pendant la pose des bottes.


DSCN2060.JPG


De plus il est plus aisé de mettre les bottes avec les panneaux d'OSB car elles glissent mieux entre les montants même s'il y a l'épaisseur de l'OSB en plus.

 

Ensuite la pose des bottes. il n'y a pas de méthode.  Il faut se débrouiller .

Il ne faut pas de trous, et j'évite les remplissage de paille en vrac. Je préfère tasser deux bottes entre elles plutôt que de mettre de la paille en vrac pour boucher un éventuel trou.

Simple quoi!!

Je me suis demandé si je ne tassais pas trop mes bottes, mais quand on voit que Wener Schmidt a testé ses "bigs bales" avec une charge de 15t au m2  ici sans que la paille ne perd ses qualités premières... je suis tranquille.

 

Donc, il suffit de passer la bottes verticalement entre les montants et ensuite de les incliner horizontalement.


DSCN2031.JPG Une botte de 45cm passe juste entre deux montants.

 

 

Pour les grandes longueurs, Si l'on peu mettre deux ou trois bottes en même temps, et ensuite les descendre ensemble verticalement, cela facilite le travail. Le tassement horizontal se fait automatiquement.


 

DSCN2034.JPG

mise en place de 2 bottes en même temps.


 

  DSCN2069.JPG

et 4 en même temps

 


Une fois une ligne de bottes en place je verifie qu'elles soient suffisament tassées latéralement. 

Au niveau des ficelles par exemple, si les bottes ne sont pas suffisament tassées il y a un pont thermique et sur le nombre de bottes, celà en fait des passages d'air!

 

Pour tasser  j'utilise le cric. Cric de voiture, cric chandelle tout est bon! seul le résultat compte!

 

  DSCN2037.JPG

tassage vertical

 

DSCN2061.JPG

autre méthode: le serre-joint inversé

 

 

Une fois une ligne de bottes correctement posée horizontalement , je tasse les bottes verticalement. Et oui verticalement aussi!  Je sais, je suis un malade !! ;-))

 

 


Les bottes ne sont pas des objets planes. Un bon contact entre deux rangs ne se fait pas facilement. Je préfère donc tasser verticalement plûtot que de boucher des trous en mettant de la paille en vrac avec un baton.

 

 

On tasse facilement les premiers rangs. Il suffit de sauter dessus à pied-joints. Pour les derniers rangs, on utilise la bonne vieille méthode du cric.

 

 DSCN2054.JPG

un ptit coup vertical

 

 

Mais les bottes n'aiment pas ètre tassées. Elles ont tendance à remonter. Normal me direz vous!

Donc une fois tassée verticalement des renforts vissés entre les montants verticaux de l'ossature extérieure et l'ossature intérieure maintiennent en place les bottes .

Ces renforts  solidarisent les deux ossatures entre elles et l'ensemble fait un ensemble très solide.

Rien ne bouge par grands vents!

 


Au niveau des huisseries la paille n'épouse pas correctement les angles de la structure 10x4. Je rajoute donc une pièce de laine de bois dans l'angle puis une petite botte de paille de 20cm d'épaisseur que l'on peut déformer facilement pour qu'elle épouse la forme de l'ossature. Ensuite je peux  continuer la pose de bottes de taille normale.

  pose paille43

La laine de bois dans l'angle puis la petite botte de paille

 

 

Pour la pose de la dernière rangée je m'arrète au niveau inférieure de la sablière,soit environ 35 cm à remplir en bottes de paille pour y arriver.

Je taille donc des bottes de 35-37cm d'épaisseur.

Afin de maintenir en place uniformement cette dernière rangée je mets un liteau (6cm x 1,8cm) sur toute la longueur de la rangée de bottes.

Par dessus ce liteau, à chaque montant 10x4, je mets un tasseau (environ 32cmx4cmx4cm); d'un coté coincé sous la sablière ( la pression de la botte de paille l'y pressant fermement) et de l'autre vissé par une vis traversant le 10X4. 


 

pose-paille68bis-copie-1.jpgvoici l'expliquation en photo (j'espère avoir été clair !! )

 

 

Ces tasseaux verticaux ne se mettent pas facilement car la paille arrive un peu plus haut que le bas de la sablière de rive. Pour les mettre en place, je les enquille en premier sous la sablière, puis grace à mes serre-joints magiques je les tire vers le bas jusqu'a ce qu'ils soient à l'horizontal pour ètre vissés dans le 10x4. heu vous m'avez compris???

 

  pose-paille70-copie-1.jpg

l'expliquation en photo

 

 

 

Au dessus de cette dernière rangée de bottes de paille, pour combler les 15cm qui reste, je vais insuffler de la ouate de cellulose.

 

  A l'étage, en bas de pente, j'ai mis une petite botte de paille . Remplir d'aussi grands caissons de ouate me semblait une abération. J'ai donc mis des petites bottes de paille de 32-33cm de haut. En fond de caissons, les bottes vont en appuit contre la poutre sablière. Il reste donc un espace derrière la botte qui sera rempli de ouate par insufflation. 

Comme leurs consoeurs du rez de chaussée, les bottes sont tassées horizontalement. Elles sont également tassées verticalement par un petit tasseau prenant appuit et vissé aux chevrons. 


oss etage 8 les bottes en place. vous pouvez voir le tasseau qui passe dessus et qui les tasses verticalement

 

 

  

 

Isolation en ouate de cellulose de l'étage        

 

 

Pour l'étage, j'insuffle de la ouate et après avoir suivi un stage de formation pour insuffler la ouate  c'est réalisable soit même.voir ici


 

Comme pour la paille, il faut avant de mettre l'isolant, préparer  la structure qui va l'acceuillir.

vous pouvez voir ma structure  ici

 

 

Une fois la structure faite, il faut fermer les caissons. J'ai agraffé des chutes diverses pour fermer les caissons. du frein vapeur, du pare pluie.

 

J'ai commencé par fermer l'espace entre les chevrons et la structure légère afin que la ouate, lors de l'insufflation n'aille pas se mettre partout et se tasse correctement dans chaque caisson.

 


DSCN2880.jpgutilisation de frein vapeur d'un precedent chantier pour fermer l'espace

 


DSCN2629.jpg

ici, c'est une chute de frein vapeur.

 

 

DSCN2639.jpgici, c'est au niveau du chevètre de la sortie de poele. 

 


 

J'ai fais de meme pour la structure des pignons.

 

 

DSCN2627-copie-2.jpg

  caissons de pignons

 

 

Je pensais faire des caissons allant du faîtage jusqu'en bas de pente de toiture. Cependant, afin d'obtenir une densité de ouate partout la même, il est préférable de faire des caissons plus petits.

  J'ai divisé ces caissons en trois. parties. la première partie va du bas de pente juqu'a la première panne, la deuxieme partie va de la première à la deuxième panne, et la troisième partie va de la deuxième panne au faitage.

 

Pour diviser l'espace "faitage -bas de pente", j'ai vissé sous les pannes des chutes de chronopan.


DSCN2918.jpgvue de dessous du chronopan vissé dans une panne

 

 

J'ai utilisé le même système pour faire des caissons plus petits au dessus des  bottes de paille du RDC.

 

Les chutes de chonopan étant vissées sur les poutres de dalle d'étage.

 

DSCN2932.jpgvue de l'extérieure

 

DSCN2931.jpg

vue intérieure du caisson

 

 

 

Au niveau des velux, j'ai posé de la laine de bois sur les pourtours des fenètres de toit car il est impossible d'insuffler dans un si petit espace.

 

 

 

 

DSCN2911.jpg

la ouate éclairée par un rayon de soleil

 

 

 

Et après avoir mis tout ceci, il est possible de mettre le frein vapeur. Enfin!!

 

J'ai choisi le frein vapeur intelloPlus de chez pro clima car il a une grande plage d'auto-régulation. Je crois qu'isocell vend également les mêmes produits mais sous d'autres appellations.

La perspirance de L'intello+ varie automatiquement d'après l'humidité . Autre avantage de l'intello +, c'est sa solidité et sa résistance à la déchirure.

 

J'ai acheté le frein vapeur, les colles orcon et le scotch tescon en allemagne chez Pfennig-Baustoffe. http://www.pfennig-baustoffe.de


Comparez les prix avec ce qui se vend en france et vous comprendrez pourquoi j'ai acheté si loin de chez moi !


Pour 3 rouleaux de 1,50 de long, plus les colles et les scotch, j'en ai eu pour une trentaine d'euros de port. J'ai recu ma commande dans la semaine.


 

Pour revenir à la pose, il est préférable d'ètre deux pour le faire.Un qui déroule le rouleau, l'autre qui agraffe. J'avais commancé a mettre des agraffes tous les 10cm, mais celà n'est pas necessaire si l'on met des tasseaux par dessus. l'agraffe ne sert qu'a tenir le frein vapeur avnant la pose des tasseaux.

 

j'ai également mis du frein vapeur par dessus la paille du rdc.

 

DSCN2927.jpgC'est le moment de cacher les dessins des enfants sur la structure bois

 

 

D'apres la documentation proclima, il faut superposer les bandes de 10cm. les raccords des bandes de frein-vapeur sont collées avec le scotch tescon.

 


DSCN2881.jpg

 

Au niveau du plancher d'étage et au niveau des pannes je mets une ligne de colle orcon. C'est le truc vert! 

 


DSCN2923.jpgau niveau des tasseaux sur les pannes

 

 

 DSCN2925.jpg

Au niveau du sol

 

 

 

 


Retour d'expérience:

 

  Au niveau des solives et au niveau du sol (deux photos précédentes), j'ai rajouté une demi bande de scotch. j'ai coupé le scotch sur la longueur soit une largeur de 2,5cm, et j'ai scotc

 

 



Je recouvre également toutes les agraffes par un petit bout de scotch. Oh le malade...... me direz vous!!

 

Ptet ben que oui, mais si l'on considère que j'ai mis environ 10000 agraffes qui percent le frein vapeur de 1mm2 environ, ca donne un trou de 10000mm2 soit si je ne me trompe pas 100cm2 ou 0,01m2 de passage d'air. Un trou de 10cm sur 10cm.  non?

Et après avoir fait un test d'etanchéité, il en ressort que ma maison est au niveau d'etanchéité d'une maison passive, même avec une structure bois aussi peu étudié pour facilité l'étanchéité!

 


DSCN2915.jpg

voici ce que ça donne

  DSCN2921.jpg

 

 

Au niveau des fenètres de toit c'est assez pénible à réaliser, surtout dans les angles.

L'idéal aurait été de coller le frein vapeur sur la fenètre de toit, mais il semble qu'il ne faut pas le faire pour pouvoir changer dans le futur les fenètres de toit sans tout déchirer.

 

J'ai donc passé beaucoup de temps à scotcher convenablement l'ensemble. Heureusement que le scotch est assez "maléable".


DSCN2916.jpg

angle de fenètre de toit

 

 

 

 

 

Ensuite, il faut faire l'étanchéité à l'air autour de toutes les sorties qui traversent le frein vapeur. VMC, electricité extérieure, arrivées de réseaux.....

 

Contrairement à l'extérieur où j'avais étanchéifié avec de la colle PU et scotch, j'ai utilisé à l'intérieur de l'EPDM. Les vendeurs de frein vapeur vendent des patchs autocollants à des prix exorbitants. Moi, J'ai utilisé de l'EPDM à scotcher, bien plus facile à mon goût à poser , pouvant accepter plusieurs gaines et......... beaucoup moins cher. recherchez des chutes ;-)

Je l'ai trouvé à coté de chez moi ici

 

DSCN3065.jpg

Premier truc tailler la pièce d'EPDM et le trou en son centre.

 

 

Pour une gaine de 100-110mm, un trou de 40 va très bien. Pour un trou de 40, un trou de 20mm le fait bien.

 

Ensuite il suffit d'enquiller l'EPDM sur la ou les sorties.

 


DSCN3066.jpg

bouche entrée d'air vmc double flux

 

 

 

DSCN3072.jpg

arrivée des réseaux en dalle rdc

 

 

Puis de scotcher les patchs d'EPDM au frein vapeur. On peut rajouter une cordon de colle sous l'epdm.

Et ca donne ceci:

 


DSCN3073.jpg


DSCN3069.jpg

Au niveau des gaines électriques allant à l'extérieur, j'ai rajouté un peu de colle orcon autour de la gaine car je trouvais que l'epdm n'épousait pas suffisament la gaine.J'ai complété l'étanchéité de toutes les gaines en les scotchant à l'epdm. Au cas ou....;-))

 

5.jpgvoici une sortie finie

 

 

 

Au niveau du conduit de cheminée, devant le non savoir faire du poseur de poële pour ce qui concerne l'étanchéité, j'ai du faire par moi même.

 

J'ai réalisé l'étanchéité à l'air avec une plaque de fermacell qui va recouvrir le chevètre

 

 

DSCN3026.jpgchevètre vide

 

 

 

052.jpg

plaque fermacell

 

J'ai rempli l'espace vide du chevètre avec de la laine roche classée M0.Sur la périphérie du chevètre j'ai mis une double bande d'étanchéité pour fenètre. Une fois la plaque de fermacell en appui sur cette bande, Un petit bout de bande d'étanchéité sur les parties supérieures et inférieures entre les deux plaques de fermacell  


 

20111021_102411.jpg

 

et on referme

 

 

20111021_103933.jpg

Il suffit de terminer l'etanchéité entre les plaques avec du scotch aluminium . (pas de photo)

 

 

 

 

 

 

L'insufflation de la ouate

 

 

 

l'insufflation de la ouate prend beaucoup moins de temps à mettre que la paille. Enfin si  tous les travaux préparatoires sont pris en compte, le temps de travail de préparation est non négligeable.

Il est vrai que contrairement à un systeme d'ossature conventionnel, j'ai crée une ossature intérieure afin de couper les ponts thermiques au niveau des chevrons et de l'ossature  des pignons. C'est du boulot, mais je pense que celà en vaut la peine.

 

Nous avons mis trois jours à insuffler à deux voir trois personnes. Nous avons perdu une journée car la machine ne cardait pas correctement certains sacs de ouate.

La location de la machine se monte à 90 € la journée chez isocell Morlaix. 

 

20.jpg

machine smart de chez isocell

 

Avec la machine, il vous est fourni tous les instruments permettant de controler la densité qui est insufflée dans les caissons.

 

28.jpgkit de controle de densité

 

 

La remarque que je peux faire, est qu'il est important d'avoir des caissons de forme bien  réguliere. Je pensais que la ouate allait partout, dans les moindres petits recoins, mais ce n'est pas le cas! Dès qu'elle trouve un obstacle, elle ne se tasse pâs, elle n'arrive pas à le contourner et à se tasser correctement autour.

C'est pour celà que je me suis toujours demandé comment il était possible d'insuffler

de la ouate dans des doubles cloisons en briques platrières sachant qu'il y a toujours des chiées de platre, des gaines électriques, des traversées de murs diverses qui trainent dans ces doubles cloisons....!

Peut ètre qu'avec des carottages un peu partout, celà reste réalisable! Mais bon, celà doit ètre un sacré bazar!


 

 


 

retour d'expérience: 3 mois après l'insufflation.

 

J'ai remarqué que par endroit le frein vapeur était très mou. il semblait ne pas y avoir de ouate.

J'ai donc fait un trou dans mon frein vapeur et........malheur, il y avait de gros trous sans ouate!!!

Pourtant lors de l'insufflation, il y avait de la ouate partout. J'ai donc tout vérifié. en toiture, tout est ok. la ouate a bien tenu, ne s'est pas tassée.

Par contre en pignons, il y avait de nombreux endroits sans ouate. A chaque fois les trous se trouvaient au niveau d'un passage de poutre , ou au niveau d'un tasseau à l'intérieur du caisson.

Comme je le disais plus haut, s'il y a un obstacle dans un caison,  la ouate ne se tasse pas correctement partout et ne peut avoir une densité suffisante créeant ainsi des trous.

 


DSCN3523.jpg

sous une poutre

 

 

 

DSCN3521.jpg

au niveau d'un tasseau

 

 

J'ai donc rajouter de la ouate à la main, et je peux garantir qu'il n'y a plus de trou et que la ouate est suffisamment tassée.

 

 


 


Autre truc que j'avais remarqué lors de ma formation chez isocell, c'est que la ouate est légèrement moins tassée dans les angles des caissons. Pour éviter celà j'ai insisté un peu plus lorsque le tuyau se trouvait près des angles.

 

  A savoir également, la densité de ouate n'est pas la même si c'est une insufflation en toiture inclinée, en pignon ou en toiture plate...

 

Il existe donc des abaques spécifiques 


Je n'ai plus les chiffres en tête, mais il faut savoir que d'après isocell, avec une insufflation minimum de 50kg/m3, la ouate  ne se tassera pas dans le futur.

Mais ce qui est valable avec de la ouate isocell  ne l'est pas obligatoirement avec des ouates concurentes dont certaines peuvent avoir des densités de 70kg/m3. La différence  semble venir des fibres des ouates. A voir...

 

Alors la machine possède une cardeuse et une soufflerie. En théorie il faut ouvrir le sac le mettre sur la trémie ouverte et enlever le sac, puis fermer la trémie.

 


55.jpgla préposée à la machine, un ballot de ouate dans la trémie, et une protection sur le nez!

 


La ouate, une fois dans la trémie est cardée et insufflée dans les tuyaux de 3 pouces ( environ 8cm) qui insufflent dans les caissons. La machine possède une télécommande à distance, ce qui est bien pratique.

La télécommande est en général avec la personne qui insuffle, mais il est bien pratique d'avoir une troisième personne chargée de gérée la télecommande;

Effectivement il m'ait arrivé plusieurs fois  étant perché sur un escabeau et souhaitant arréter la machine, tout en devant tenir en même temps le tuyau dont la ouate continu à sortir, ne pas arriver  àtrouver le bouton marche/arrèt du premier coup.  le tuyau arrivant en fin de course sort accidentellement du trou et insuffle à l'extérieur du caisson;

Il se produit un truc fort désagréable qui ressemble à un pauvre pigeon qui se fait exploser à bout portant par un chasseur. les plumes volent partout; Ici, les plumes sont la ouate, et vous en avez plein la tronche!! Vous m'excuserez du terme, mais il résume mieux la chose que le mot visage.

Nous avons appelé ce phénomène :"taol pichon",

 

Mais revenons en à la pratique.

 

Le frein vapeur est  donc entaillé. 

 

37.jpg

entaille d'insufflation

 

 

et l'insufflation peut commencer. 

Les abaques permettent de prérégler la machine d'après l'épaisseur des caissons, leur inclinaison, leur emplacement...

Les réglages se font d'après la quantité d'air et la quantité de ouate à arriver. La quantité de ouate se règle grâce à une trappe en fond de trémie.

 

 

Il faut enfoncer le tuyau jusqu'en bas de caisson et le remonter d'environ 10cm avant d'insuffler.

 La machine est mise en route  et elle rempli les caissons. Au fur et à mesure que la ouate arrive, il faut retirer le tuyau.

Il y a une technique pour retirer le tuyau. Il faut le faire en plusieurs fois. Celà se fait par coudée  dès que la machine fait un bruit d'aspirateur bouché, ou bien quand l'on sent que la ouate sort moins facilement du tuyau. 

 

41.jpgUne mousse permet d'empècher la ouate de sortir du trou pendant l'insufflation

 

 

Une fois un premier caisson de rempli, il est préférable de controler la densité.

Pour celà il faut faire un carrotage sur toute l'épaisseur du caisson.

 

43.jpgle trépan dans le caisson

 

Ensuite, on pèse la quantité de ouate...

 

47.jpg

...et d'après la profondeur du caisson et le poids de ouate retirée dans le trépan, l'abaque nous dit si la ouate est trop ou bien pas assez tassée.

Celà est la théorie, car il suffit que, lors de l'insufflation vous ne retiriez pas votre tuyau assez vite, la densité change très rapidement.

Si vous faite justement votre test de densité à cet endroit, la mesure sera fausse. Enfin, je dirais qu'il vaut mieux que la ouate soit un peu plus tassée que pas assez! Mais ça n'engage que moi!

 

Pour ma maison, j'ai commencé à insuffler les pignons. En pignon, j'ai mis 27cm d'épaisseur si l'on prend en compte le gonflement du frein vapeur.

 

J'ai laissé ouverts les caissons de bout de toiture afin de pouvoir accéder pour insuffler les pignons par leurs point le plus haut.

 


30.jpgCaisson de bout de pente de toiture laissé ouvert

 


C'est par ces caissons laissés ouverts que je peux accéder "facilement" au haut des caissons de pignon.

 

21.jpg

insufflation des caissons de pignons

 

 


25.jpg

vue de l'intérieur


 

Une fois tous les caissons de pignons insufflés, les caissons de bout de pente sont refermés

 


31.jpg

Caisson refermé.

 


 

Reste à insuffler les caissons de toiture.C'est le plus simple.

Comme je l'ai montré plus haut j'avais mis une petite botte de paille dans les caissons de bas de pente. J'ai du faire un second trou dans le frein vapeur afin de passer le bras pour bien positionner le tuyau d'insufflation derrière la botte de paille.

 


 

  IMG00578-20110321-1126.jpg

vue interieure du tuyau derrière la botte de paille

 

 

 

Toujours est 'il qu'une fois tous les caissons fermés, on obtient une maison super bien isolée. Je suis stupéfait de voir comment la maison réagit.

Quand il fait chaud, et que le soleil cogne sur les ardoises, il ne fait jamais chaud dans la maison.Le déphasage thermique fonctionne parfaitement.


S'il fait froid dehors, il fait toujours bon dans la maison. extra!

 

Et dire qu'il y a des constructeurs maisons dont la première chose qu'ils mettent en avant auprès de leurs clients pigeons, c'est le chauffage.

Ils devrait penser à l'isolant!! mais ils ne se feraient pas de plus value sur la revente de matos  et ne feraient pas travailler la sacrosainte société  EDF. Oupssssss je m'égare ;-))

 

 

Au rez de chaussée, au dessus de la dernière rangée de bottes de paille il restait un volume non isolé car difficile d'accès avec de la paille. le plus simple c'est l'insuflation.

 

Pour les caissons parallèles aux poutres du plafond, j'ai fait de longs caissons. Avant de fermer ces caissons avec le frein vapeur, j'avais laissé une ficelle allant d'un bout à l'autre. J'ai attaché cette ficelle au tuyau et pendant que l'un tirait la ficelle, l'autre poussait le tuyau.  Ainsi il m'a été facile de glisser le tuyau sur plusieurs mètres.

 

 

IMG00581-20110321-1524.jpgUn tuyau pour le coté droit, un pour le coté gauche.

 

 

 

Il est important de mettre les tuyaux ensemble avant d'insuffler car les caissons sont reliés entre eux. Si l'on insufflait un coté avant de mettre le deuxième tuyau,  il serait impossible de mettre ce dernier car la ouate de la première insufflation empècherait sa mise en place.

Heu ...m'avez vous compris??

 

Pour les caissons de bout de poutres, j'ai fait de même. Comme dit plus haut, j'avais cloisonné des caissons de trois entre-axes de poutres.

Vu que la ouate a du mal a se faufiller partout dès qu'elle trouve un obstacle, j'ai mis les trois tuyaux en place avant d'insuffler.

J'ai fait aller le tuyau le plus à droite entre les poutres le plus à gauche en vérifiant qu'il remonte bien entre les poutres vers le haut du caisson.

J'ai mis le tuyau le plus à gauche entre les poutres les plus à droite en prenant soin qu'il remontent vers le haut du caisson.

Et j'ai mis le tuyau du centre vers le bas du caisson du centre.

J'ai insufflé avec un des tuyaux des extrémités. En retirant le tuyau j'ai ainsi rempli la majeure partie du caisson total. J'ai fait souffler ensuite le tuyau de l'autre extrémité, et il a rempli la partie haute se trouvant au dessus du trou du 1er tuyau. Le dernier tuyau a quand à lui insufflé correctement la partie entre poutres du centre.

 

voilà simple ;-))) . Une petite photo vous aidera à mieux suivre .

 

IMG00584-20110321-1619.jpg

voyez vous mieux ce que j'essayais d'expliquer plus haut?

 


Et pour faire ce genre de manip avec trois tuyaux il y a ceci

 

 

IMG00587-20110321-1811.jpg,Une entrée, trois possibilités de sortie.

 

 

Le morceau de tuyau est branché sur l'insuffleuse. les trois tuyaux de la photo plus haut sur les trois sorties, et après il suffit de choisir la sortie  que l'on souhaite.

 

 

Une fois tout insufflé, il ne reste plus qu'une chose à faire, c'est boucher les trous dans le frein vapeur avec du scotch.

 

Et c'est super, car c'est une phase du chantier de fini, et une autre qui commence

 


 


 

Mes conclusions de la mise en place de la paille :


mise en place:

Si vous voulez une bonne isolation, faites la vous même, même si c'est long et pénible ! ;-)

J'ai du le dire, si l'on veut que ce soit bien fait, il faut passer et repasser, tasser et retasser, rajouter de la paille, vérifier, boucher les endroits insuffisamment tassés.....

Je doute que la technique que j'ai utilisée soit la meilleure vu que mes bottes de paille n'etaient pas adaptées à la structure bois.
Sinon, si l'on ne regarde pas son temps de mis en oeuvre c'est une bonne solution.

 

Mais je ne referais pas cette pose de type "greb". Je ferai celle qu'a mis en oeuvre mon vieux compère ici ou un autre de mes amis en faisant lui même ses poutres en I avec des tasseaux et de l'osb.

 

Pour la dalle , j'estime la mise en place de la paille à une semaine complète à  trois personnes et en bossant bien, très bien même. Mais pour la dalle le soucis venait du temps passé à la retaille des bottes!
Mais ce n'est pas tout. Par exemple, le charpentier estime que s'il avait mis le frein vapeur et les plaques d'osb  sur une surface plane,  une journée bien remplie lui aurait suffit.  Avec la paille, pour mettre les plaques d'osb à deux, nous avons mis deux journées bien remplies.

 

Mais le résultat pour la dalle est extra. Elle ne "flotte pas, rigide comme il faut. La paille contrevente la dalle.

 

 

Les murs sont comme  la dalle, parfaitement contreventés. Même quand il souffle fort dehors, rien ne bouge. on ne sais même pas qu'il y a du vent dehors!  Pourtant en Bretagne, ce n'est pas un vent de Français ;-)

 

 

Il faut également penser à la manutention, au ramassage de la paille. J'ai stocké ma paille dans un hangar.  à 7km de la maison. J'ai chargé la paille chez le paysan. je l'ai déchargée dans le hangar du copain, j'ai rechargé les bottes dans ma remorque de voiture et dans la voiture (50 bottes environ par trajet) Ca prend du temps, de l'essence pour les trajets, et de la fatigue. Mais la paille doit ètre stockée au sec.

En efficacité thermique,
Si l'on a pris le temps de bien tasser horizontalement pour boucher les trous rebelles du au passage des ficelles, tasser verticalement afin qu'il n'y ai pas de passage d'air entre deux rangées de bottes, mettre des renforts entre les ossatures extérieures et intérieures (dans ce style d'ossature), le résultat ne peux pas ètre mauvais.

Idéologiquement.
Là, la paille n'a rien à craindre face aux concurrents. On ne peut faire plus écologique. De la paille, il y en a dans la plupart des fermes. L e coût à l'achat est faible et il n'y a pas d'intermédiaires qui se sucrent au passage.

 De plus la paille est une solution qui permet de rencontrer de nouvelles têtes, ça facilite les rencontres. Le coté social existe.Les chantiers participatifs existent.

Cependant attention, en hiver, il fait froid, il pleut, il neige, et les amateurs de chantiers se font plus rares.

Heureusement que les copains répondent présents dans les coups de bourre.   


Conclusion:
 La paille est un matériau qui ajoute de la masse . On sent la solidité de l'ensemble. La paille contrevente la maison.

Donc la paille est une bonne isolation écologique  à moindre coût répondant à une interrogation écologique, financière et idéologique, n'est ce pas là le but recherché?
Je ne vois pas d'autre solution d'isolation répondant à ces trois raisons. Malheureusementla façon dont j'ai posé mes bottes n'était pas la meilleure car longue à la mise en oeuvre si l'on veut un bon résultat.



Je remercie les copains Samuel, Vincent et Christophe, Laurent de m'avoir aidé. C'était plutôt pénible comme boulot.

Partager cet article
Repost0

commentaires