Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 19:29

 

 

 

 

 

Maintenant que la maison est hors d'eau, il est possible de mettre l'isolant dans la dalle bois. Comme je l'expliquais dans le chapitre "dalle bois" nous avons mis les plaques d'osb 8mm entre solives, et c'est sur ces plaques d'osb que nous mettons les ballots de paille.


DSCN1468Plancher de fond de caisson



Avant de m'attaquer à ce gros chantier paille, j'isole avec de la laine de bois venant d'un précèdent chantier, les petits coins inaccessibles. C'est le cas de l'entre poutres porteuses centrales. Là j'y mets 30cm d'isolant.

DSCN1471La laine de bois de chez steico . coupée à environ 10-11cm pour un espace de 10cm



DSCN1472Je découpe les morceaux de laine de bois à la meuleuse. C'est rapide et propre.



Mais passons aux choses sérieuses: Les bottes de paille

DSCN1473J'estime mes besoins pour la dalle à environ 100 bottes.




Pour la retaille des bottes, j'avais trouvé ce document sur internet


aiguille-copie.jpg

et je pensais que ce serait facile de faire des petites bottes de 20 cm de hauteur à partir d'une botte de 80cm de long. Donc 80 : 20 = 4   . Ben ce n'est pas aussi simple mais ça le fait tout de même

Je me suis fait une aiguille avec une tige inox de 10mm,



isolation-dalleN0638.jpgvoici l'aiguille réalisée


Mais j'ai laissé tomber l'aiguille car pas facile pour faire autant de bottes

. J'ai donc fait  une "boite diviseuse" ! J'ai trouvé l'info  ici

Ben, ça fonctionne, Celà donne des petites bottes d'épaisseur de 20cm et de 45cm de long et de35cm de large.

DSCN1477Voici ma boite



Les entre-axes des solives varient de 39 à 42.  Il faut donc mettre les bottes en force.
J'utilise pour ce faire des chutes d'osb de 8mm pour faire levier. J'ai utilisé également des bèches de jardin, mais les manches sont trop longs et la surface de la bèche est plus faible que celles des plaques d'osb!!


DSCN1478Après beaucoup de tatonnement, j'ai réussis à finir mes premiers m2.


La mise en place des bottes est simple....simple mais difficile! Celà demande une grosse dépense d'énergie. Le soir, il faut se le dire, nous sommes fatigués!!
Donc on met la botte entre les plaques d'osb et on appuit  dessus avec les genoux, avec les pieds. Chacun son truc. On se débrouille.




vlcsnap-37882

vlcsnap-38016-copie-1.pngen plein effort.


Une fois la botte mise entre solives, on s'assoit dans le rand et on tasse avec les pieds sur la botte. Il faut pas que l'on puisse passer une main entre deux bottes.
Ensuite, afin qu'il y ai un minimum de brin à passer sur les solives, on passe un coup de bèche  sur les bords de bottes afin de d'enfoncer les brins rebelles. .

vlcsnap-37645

DSCN1606vue d'une botte en place.


Pour les entre axes plus faibles entre solives  il faut faire des bottes de plus faible d'épaisseur sinon, elles sont difficiles à mettre en place, et elles ressortent trop au dessus des solives . Il est impossible de les tasser verticalement avec les plaques d'osb.

En bout de chaque caisson,  il est impossiblede tasser la botte latéralement avec les pieds, alors nous avons utilisé le cric de la voiture pour faire de la place pour la dernière botte.  Là, il faut avouer que la technologie a évolué !

DSCN1576avant la compression le cric passe à peine



DSCN1577après la compression, il est possible de mettre une dernière botte.


Au niveau de l'arrivée des réseaux, je rajoute des entretoises entre solives afin de protèger les gaines. La paille est très compressée, et elle risquerai d'écraser les gaines. Je pense que l'efficacité thermique autour des gaines sera meilleure avec la laine de bois. 

DSCN1582avant l'isolant


J'ai rajouté un tuyau de 100 afin de permettre le passage de réseaux futurs ( éclairage garage, cuve récupération d'eau...)


DSCN1611Après l'isolant



Une fois la paille en place,  je la tasse en vissant provisoirement les plaques d'osb de la dalle.

DSCN1595la paille est tassée par des plaques d'osb vissées provisoirement


Par contre, la paille une fois mis en place ne s'étale pas, ne "s'expend" pas et ne va pas vers les endroits les moins tassés.  Ce n'est pas un tassement uniforme. Il faut repasser et vérifier qu'il n'y a pas de trou. Sinon, il faut les boucher.
Il me semble que les ficelles des bottes interdisent à la paille de bouger une fois qu'elle est emprisonnée dans les caissons.
J'ai donc coupé les ficelles juste avant de fermer les caissons. Je pense que c'est réellement la chose à faire.  En coupant les ficelles, les bottes de paille reprennent du volume....normallement!

Vous pouvez voir la suite de la construction de la dalle  ici



Les murs:

 

 

Ah! la galère! démoralisant! 

Comme pour la dalle, c'est difficile. Efficace surement, mais très long et très pénible à mettre en place. On a l'impression que ça n'avance pas et ça n'avance pas!

Il y a des méthodes de construction qui permettent une pose plus facile que celle que j'emploie, mais ....je fais avec ce que j'ai.

Je ne fais pas de chantier participatif pour la pose des bottes de paille. Je préfère bosser seul ou avec un copain de temps en temps (merci Vt  et à charge de revanche quand ton tour sera venu ;-)  ) 

Et la charge de revanche est arrivée, et .........chez lui c'est vraiment très aisé à mettre les bottes. tout est ici

Toute l'efficacité de l'isolation se jouant dans la pose de l'isolant je finiole au maximum,  


Je fais l'ossature intérieure à l'avancement. Celà parce que j'ai stocké la paille dans la maison et que je n'ai pas assez de place tant que je n'utilise pas les bottes.


Les bottes sont mises sur le flan, soit une épaisseur de 35cm. Je me suis dis que si je mettais 35cm entre l'ossature extérieure et l'ossature intérieure ce devrait être bien. J'ai fait un essai et effectivement la botte allait bien, sans jeu entre les montants.un peu sérrée. le pied quoi!!


J'ai donc fais mon ossature secondaire dans un style "GREB"  et....tout ne se passe pas comme je le voudrais. Les bottes ne sont pas toutes de la même taille, et c'est là tout mon malheur. J'ai fait des essais avec des bottes de 35cm d'épaisseur , mais la majorité de mes bottes faisait 37cm d'epaisseur. Allez mettre 37cm de paille dans 35cm!! 


La pose des 3, 4 premières rangées est disons simple, après c'est plus difficile.

 

M'enfin, il faut bien mettre en place ces satanées bottes.  Quand ce sera fini j'aurai une super isolation qui m'aura fait suer, m'aura souvent démoralisé mais aura développé ma musculature!! Madame est contente ;-))


Avant de poser une rangée de bottes, je soupoudre largement de chaux. Il semble que pour les  éventuels petits insectes c'est mieux. Ca ne coute pas grand chose de le faire après tout.

 

Sur le sol, afin de rattrapper l'épaisseur de 4cm de la lisse basse, je mets de la paille en vrac légèrement tassée.

 

DSCN2038.JPG

la chaux et la paille en vrac avant la pose de la première rangée de bottes

 

 

Avant de mettre les bottes, il faut penser à mettre de la paille dans l'épaisseur de 4cm de l'ossature extérieur. j'utilise des panneaux d'OSB de 8mm pour tenir la paille pendant la pose des bottes.


DSCN2060.JPG


De plus il est plus aisé de mettre les bottes avec les panneaux d'OSB car elles glissent mieux entre les montants même s'il y a l'épaisseur de l'OSB en plus.

 

Ensuite la pose des bottes. il n'y a pas de méthode.  Il faut se débrouiller .

Il ne faut pas de trous, et j'évite les remplissage de paille en vrac. Je préfère tasser deux bottes entre elles plutôt que de mettre de la paille en vrac pour boucher un éventuel trou.

Simple quoi!!

Je me suis demandé si je ne tassais pas trop mes bottes, mais quand on voit que Wener Schmidt a testé ses "bigs bales" avec une charge de 15t au m2  ici sans que la paille ne perd ses qualités premières... je suis tranquille.

 

Donc, il suffit de passer la bottes verticalement entre les montants et ensuite de les incliner horizontalement.


DSCN2031.JPG Une botte de 45cm passe juste entre deux montants.

 

 

Pour les grandes longueurs, Si l'on peu mettre deux ou trois bottes en même temps, et ensuite les descendre ensemble verticalement, cela facilite le travail. Le tassement horizontal se fait automatiquement.


 

DSCN2034.JPG

mise en place de 2 bottes en même temps.


 

  DSCN2069.JPG

et 4 en même temps

 


Une fois une ligne de bottes en place je verifie qu'elles soient suffisament tassées latéralement. 

Au niveau des ficelles par exemple, si les bottes ne sont pas suffisament tassées il y a un pont thermique et sur le nombre de bottes, celà en fait des passages d'air!

 

Pour tasser  j'utilise le cric. Cric de voiture, cric chandelle tout est bon! seul le résultat compte!

 

  DSCN2037.JPG

tassage vertical

 

DSCN2061.JPG

autre méthode: le serre-joint inversé

 

 

Une fois une ligne de bottes correctement posée horizontalement , je tasse les bottes verticalement. Et oui verticalement aussi!  Je sais, je suis un malade !! ;-))

 

 


Les bottes ne sont pas des objets planes. Un bon contact entre deux rangs ne se fait pas facilement. Je préfère donc tasser verticalement plûtot que de boucher des trous en mettant de la paille en vrac avec un baton.

 

 

On tasse facilement les premiers rangs. Il suffit de sauter dessus à pied-joints. Pour les derniers rangs, on utilise la bonne vieille méthode du cric.

 

 DSCN2054.JPG

un ptit coup vertical

 

 

Mais les bottes n'aiment pas ètre tassées. Elles ont tendance à remonter. Normal me direz vous!

Donc une fois tassée verticalement des renforts vissés entre les montants verticaux de l'ossature extérieure et l'ossature intérieure maintiennent en place les bottes .

Ces renforts  solidarisent les deux ossatures entre elles et l'ensemble fait un ensemble très solide.

Rien ne bouge par grands vents!

 


Au niveau des huisseries la paille n'épouse pas correctement les angles de la structure 10x4. Je rajoute donc une pièce de laine de bois dans l'angle puis une petite botte de paille de 20cm d'épaisseur que l'on peut déformer facilement pour qu'elle épouse la forme de l'ossature. Ensuite je peux  continuer la pose de bottes de taille normale.

  pose paille43

La laine de bois dans l'angle puis la petite botte de paille

 

 

Pour la pose de la dernière rangée je m'arrète au niveau inférieure de la sablière,soit environ 35 cm à remplir en bottes de paille pour y arriver.

Je taille donc des bottes de 35-37cm d'épaisseur.

Afin de maintenir en place uniformement cette dernière rangée je mets un liteau (6cm x 1,8cm) sur toute la longueur de la rangée de bottes.

Par dessus ce liteau, à chaque montant 10x4, je mets un tasseau (environ 32cmx4cmx4cm); d'un coté coincé sous la sablière ( la pression de la botte de paille l'y pressant fermement) et de l'autre vissé par une vis traversant le 10X4. 


 

pose-paille68bis-copie-1.jpgvoici l'expliquation en photo (j'espère avoir été clair !! )

 

 

Ces tasseaux verticaux ne se mettent pas facilement car la paille arrive un peu plus haut que le bas de la sablière de rive. Pour les mettre en place, je les enquille en premier sous la sablière, puis grace à mes serre-joints magiques je les tire vers le bas jusqu'a ce qu'ils soient à l'horizontal pour ètre vissés dans le 10x4. heu vous m'avez compris???

 

  pose-paille70-copie-1.jpg

l'expliquation en photo

 

 

 

Au dessus de cette dernière rangée de bottes de paille, pour combler les 15cm qui reste, je vais insuffler de la ouate de cellulose.

 

  A l'étage, en bas de pente, j'ai mis une petite botte de paille . Remplir d'aussi grands caissons de ouate me semblait une abération. J'ai donc mis des petites bottes de paille de 32-33cm de haut. En fond de caissons, les bottes vont en appuit contre la poutre sablière. Il reste donc un espace derrière la botte qui sera rempli de ouate par insufflation. 

Comme leurs consoeurs du rez de chaussée, les bottes sont tassées horizontalement. Elles sont également tassées verticalement par un petit tasseau prenant appuit et vissé aux chevrons. 


oss etage 8 les bottes en place. vous pouvez voir le tasseau qui passe dessus et qui les tasses verticalement

 

 

  

 

Isolation en ouate de cellulose de l'étage        

 

 

Pour l'étage, j'insuffle de la ouate et après avoir suivi un stage de formation pour insuffler la ouate  c'est réalisable soit même.voir ici


 

Comme pour la paille, il faut avant de mettre l'isolant, préparer  la structure qui va l'acceuillir.

vous pouvez voir ma structure  ici

 

 

Une fois la structure faite, il faut fermer les caissons. J'ai agraffé des chutes diverses pour fermer les caissons. du frein vapeur, du pare pluie.

 

J'ai commencé par fermer l'espace entre les chevrons et la structure légère afin que la ouate, lors de l'insufflation n'aille pas se mettre partout et se tasse correctement dans chaque caisson.

 


DSCN2880.jpgutilisation de frein vapeur d'un precedent chantier pour fermer l'espace

 


DSCN2629.jpg

ici, c'est une chute de frein vapeur.

 

 

DSCN2639.jpgici, c'est au niveau du chevètre de la sortie de poele. 

 


 

J'ai fais de meme pour la structure des pignons.

 

 

DSCN2627-copie-2.jpg

  caissons de pignons

 

 

Je pensais faire des caissons allant du faîtage jusqu'en bas de pente de toiture. Cependant, afin d'obtenir une densité de ouate partout la même, il est préférable de faire des caissons plus petits.

  J'ai divisé ces caissons en trois. parties. la première partie va du bas de pente juqu'a la première panne, la deuxieme partie va de la première à la deuxième panne, et la troisième partie va de la deuxième panne au faitage.

 

Pour diviser l'espace "faitage -bas de pente", j'ai vissé sous les pannes des chutes de chronopan.


DSCN2918.jpgvue de dessous du chronopan vissé dans une panne

 

 

J'ai utilisé le même système pour faire des caissons plus petits au dessus des  bottes de paille du RDC.

 

Les chutes de chonopan étant vissées sur les poutres de dalle d'étage.

 

DSCN2932.jpgvue de l'extérieure

 

DSCN2931.jpg

vue intérieure du caisson

 

 

 

Au niveau des velux, j'ai posé de la laine de bois sur les pourtours des fenètres de toit car il est impossible d'insuffler dans un si petit espace.

 

 

 

 

DSCN2911.jpg

la ouate éclairée par un rayon de soleil

 

 

 

Et après avoir mis tout ceci, il est possible de mettre le frein vapeur. Enfin!!

 

J'ai choisi le frein vapeur intelloPlus de chez pro clima car il a une grande plage d'auto-régulation. Je crois qu'isocell vend également les mêmes produits mais sous d'autres appellations.

La perspirance de L'intello+ varie automatiquement d'après l'humidité . Autre avantage de l'intello +, c'est sa solidité et sa résistance à la déchirure.

 

J'ai acheté le frein vapeur, les colles orcon et le scotch tescon en allemagne chez Pfennig-Baustoffe. http://www.pfennig-baustoffe.de


Comparez les prix avec ce qui se vend en france et vous comprendrez pourquoi j'ai acheté si loin de chez moi !


Pour 3 rouleaux de 1,50 de long, plus les colles et les scotch, j'en ai eu pour une trentaine d'euros de port. J'ai recu ma commande dans la semaine.


 

Pour revenir à la pose, il est préférable d'ètre deux pour le faire.Un qui déroule le rouleau, l'autre qui agraffe. J'avais commancé a mettre des agraffes tous les 10cm, mais celà n'est pas necessaire si l'on met des tasseaux par dessus. l'agraffe ne sert qu'a tenir le frein vapeur avnant la pose des tasseaux.

 

j'ai également mis du frein vapeur par dessus la paille du rdc.

 

DSCN2927.jpgC'est le moment de cacher les dessins des enfants sur la structure bois

 

 

D'apres la documentation proclima, il faut superposer les bandes de 10cm. les raccords des bandes de frein-vapeur sont collées avec le scotch tescon.

 


DSCN2881.jpg

 

Au niveau du plancher d'étage et au niveau des pannes je mets une ligne de colle orcon. C'est le truc vert! 

 


DSCN2923.jpgau niveau des tasseaux sur les pannes

 

 

 DSCN2925.jpg

Au niveau du sol

 

 

 

 


Retour d'expérience:

 

  Au niveau des solives et au niveau du sol (deux photos précédentes), j'ai rajouté une demi bande de scotch. j'ai coupé le scotch sur la longueur soit une largeur de 2,5cm, et j'ai scotc

 

 



Je recouvre également toutes les agraffes par un petit bout de scotch. Oh le malade...... me direz vous!!

 

Ptet ben que oui, mais si l'on considère que j'ai mis environ 10000 agraffes qui percent le frein vapeur de 1mm2 environ, ca donne un trou de 10000mm2 soit si je ne me trompe pas 100cm2 ou 0,01m2 de passage d'air. Un trou de 10cm sur 10cm.  non?

Et après avoir fait un test d'etanchéité, il en ressort que ma maison est au niveau d'etanchéité d'une maison passive, même avec une structure bois aussi peu étudié pour facilité l'étanchéité!

 


DSCN2915.jpg

voici ce que ça donne

  DSCN2921.jpg

 

 

Au niveau des fenètres de toit c'est assez pénible à réaliser, surtout dans les angles.

L'idéal aurait été de coller le frein vapeur sur la fenètre de toit, mais il semble qu'il ne faut pas le faire pour pouvoir changer dans le futur les fenètres de toit sans tout déchirer.

 

J'ai donc passé beaucoup de temps à scotcher convenablement l'ensemble. Heureusement que le scotch est assez "maléable".


DSCN2916.jpg

angle de fenètre de toit

 

 

 

 

 

Ensuite, il faut faire l'étanchéité à l'air autour de toutes les sorties qui traversent le frein vapeur. VMC, electricité extérieure, arrivées de réseaux.....

 

Contrairement à l'extérieur où j'avais étanchéifié avec de la colle PU et scotch, j'ai utilisé à l'intérieur de l'EPDM. Les vendeurs de frein vapeur vendent des patchs autocollants à des prix exorbitants. Moi, J'ai utilisé de l'EPDM à scotcher, bien plus facile à mon goût à poser , pouvant accepter plusieurs gaines et......... beaucoup moins cher. recherchez des chutes ;-)

Je l'ai trouvé à coté de chez moi ici

 

DSCN3065.jpg

Premier truc tailler la pièce d'EPDM et le trou en son centre.

 

 

Pour une gaine de 100-110mm, un trou de 40 va très bien. Pour un trou de 40, un trou de 20mm le fait bien.

 

Ensuite il suffit d'enquiller l'EPDM sur la ou les sorties.

 


DSCN3066.jpg

bouche entrée d'air vmc double flux

 

 

 

DSCN3072.jpg

arrivée des réseaux en dalle rdc

 

 

Puis de scotcher les patchs d'EPDM au frein vapeur. On peut rajouter une cordon de colle sous l'epdm.

Et ca donne ceci:

 


DSCN3073.jpg


DSCN3069.jpg

Au niveau des gaines électriques allant à l'extérieur, j'ai rajouté un peu de colle orcon autour de la gaine car je trouvais que l'epdm n'épousait pas suffisament la gaine.J'ai complété l'étanchéité de toutes les gaines en les scotchant à l'epdm. Au cas ou....;-))

 

5.jpgvoici une sortie finie

 

 

 

Au niveau du conduit de cheminée, devant le non savoir faire du poseur de poële pour ce qui concerne l'étanchéité, j'ai du faire par moi même.

 

J'ai réalisé l'étanchéité à l'air avec une plaque de fermacell qui va recouvrir le chevètre

 

 

DSCN3026.jpgchevètre vide

 

 

 

052.jpg

plaque fermacell

 

J'ai rempli l'espace vide du chevètre avec de la laine roche classée M0.Sur la périphérie du chevètre j'ai mis une double bande d'étanchéité pour fenètre. Une fois la plaque de fermacell en appui sur cette bande, Un petit bout de bande d'étanchéité sur les parties supérieures et inférieures entre les deux plaques de fermacell  


 

20111021_102411.jpg

 

et on referme

 

 

20111021_103933.jpg

Il suffit de terminer l'etanchéité entre les plaques avec du scotch aluminium . (pas de photo)

 

 

 

 

 

 

L'insufflation de la ouate

 

 

 

l'insufflation de la ouate prend beaucoup moins de temps à mettre que la paille. Enfin si  tous les travaux préparatoires sont pris en compte, le temps de travail de préparation est non négligeable.

Il est vrai que contrairement à un systeme d'ossature conventionnel, j'ai crée une ossature intérieure afin de couper les ponts thermiques au niveau des chevrons et de l'ossature  des pignons. C'est du boulot, mais je pense que celà en vaut la peine.

 

Nous avons mis trois jours à insuffler à deux voir trois personnes. Nous avons perdu une journée car la machine ne cardait pas correctement certains sacs de ouate.

La location de la machine se monte à 90 € la journée chez isocell Morlaix. 

 

20.jpg

machine smart de chez isocell

 

Avec la machine, il vous est fourni tous les instruments permettant de controler la densité qui est insufflée dans les caissons.

 

28.jpgkit de controle de densité

 

 

La remarque que je peux faire, est qu'il est important d'avoir des caissons de forme bien  réguliere. Je pensais que la ouate allait partout, dans les moindres petits recoins, mais ce n'est pas le cas! Dès qu'elle trouve un obstacle, elle ne se tasse pâs, elle n'arrive pas à le contourner et à se tasser correctement autour.

C'est pour celà que je me suis toujours demandé comment il était possible d'insuffler

de la ouate dans des doubles cloisons en briques platrières sachant qu'il y a toujours des chiées de platre, des gaines électriques, des traversées de murs diverses qui trainent dans ces doubles cloisons....!

Peut ètre qu'avec des carottages un peu partout, celà reste réalisable! Mais bon, celà doit ètre un sacré bazar!


 

 


 

retour d'expérience: 3 mois après l'insufflation.

 

J'ai remarqué que par endroit le frein vapeur était très mou. il semblait ne pas y avoir de ouate.

J'ai donc fait un trou dans mon frein vapeur et........malheur, il y avait de gros trous sans ouate!!!

Pourtant lors de l'insufflation, il y avait de la ouate partout. J'ai donc tout vérifié. en toiture, tout est ok. la ouate a bien tenu, ne s'est pas tassée.

Par contre en pignons, il y avait de nombreux endroits sans ouate. A chaque fois les trous se trouvaient au niveau d'un passage de poutre , ou au niveau d'un tasseau à l'intérieur du caisson.

Comme je le disais plus haut, s'il y a un obstacle dans un caison,  la ouate ne se tasse pas correctement partout et ne peut avoir une densité suffisante créeant ainsi des trous.

 


DSCN3523.jpg

sous une poutre

 

 

 

DSCN3521.jpg

au niveau d'un tasseau

 

 

J'ai donc rajouter de la ouate à la main, et je peux garantir qu'il n'y a plus de trou et que la ouate est suffisamment tassée.

 

 


 


Autre truc que j'avais remarqué lors de ma formation chez isocell, c'est que la ouate est légèrement moins tassée dans les angles des caissons. Pour éviter celà j'ai insisté un peu plus lorsque le tuyau se trouvait près des angles.

 

  A savoir également, la densité de ouate n'est pas la même si c'est une insufflation en toiture inclinée, en pignon ou en toiture plate...

 

Il existe donc des abaques spécifiques 


Je n'ai plus les chiffres en tête, mais il faut savoir que d'après isocell, avec une insufflation minimum de 50kg/m3, la ouate  ne se tassera pas dans le futur.

Mais ce qui est valable avec de la ouate isocell  ne l'est pas obligatoirement avec des ouates concurentes dont certaines peuvent avoir des densités de 70kg/m3. La différence  semble venir des fibres des ouates. A voir...

 

Alors la machine possède une cardeuse et une soufflerie. En théorie il faut ouvrir le sac le mettre sur la trémie ouverte et enlever le sac, puis fermer la trémie.

 


55.jpgla préposée à la machine, un ballot de ouate dans la trémie, et une protection sur le nez!

 


La ouate, une fois dans la trémie est cardée et insufflée dans les tuyaux de 3 pouces ( environ 8cm) qui insufflent dans les caissons. La machine possède une télécommande à distance, ce qui est bien pratique.

La télécommande est en général avec la personne qui insuffle, mais il est bien pratique d'avoir une troisième personne chargée de gérée la télecommande;

Effectivement il m'ait arrivé plusieurs fois  étant perché sur un escabeau et souhaitant arréter la machine, tout en devant tenir en même temps le tuyau dont la ouate continu à sortir, ne pas arriver  àtrouver le bouton marche/arrèt du premier coup.  le tuyau arrivant en fin de course sort accidentellement du trou et insuffle à l'extérieur du caisson;

Il se produit un truc fort désagréable qui ressemble à un pauvre pigeon qui se fait exploser à bout portant par un chasseur. les plumes volent partout; Ici, les plumes sont la ouate, et vous en avez plein la tronche!! Vous m'excuserez du terme, mais il résume mieux la chose que le mot visage.

Nous avons appelé ce phénomène :"taol pichon",

 

Mais revenons en à la pratique.

 

Le frein vapeur est  donc entaillé. 

 

37.jpg

entaille d'insufflation

 

 

et l'insufflation peut commencer. 

Les abaques permettent de prérégler la machine d'après l'épaisseur des caissons, leur inclinaison, leur emplacement...

Les réglages se font d'après la quantité d'air et la quantité de ouate à arriver. La quantité de ouate se règle grâce à une trappe en fond de trémie.

 

 

Il faut enfoncer le tuyau jusqu'en bas de caisson et le remonter d'environ 10cm avant d'insuffler.

 La machine est mise en route  et elle rempli les caissons. Au fur et à mesure que la ouate arrive, il faut retirer le tuyau.

Il y a une technique pour retirer le tuyau. Il faut le faire en plusieurs fois. Celà se fait par coudée  dès que la machine fait un bruit d'aspirateur bouché, ou bien quand l'on sent que la ouate sort moins facilement du tuyau. 

 

41.jpgUne mousse permet d'empècher la ouate de sortir du trou pendant l'insufflation

 

 

Une fois un premier caisson de rempli, il est préférable de controler la densité.

Pour celà il faut faire un carrotage sur toute l'épaisseur du caisson.

 

43.jpgle trépan dans le caisson

 

Ensuite, on pèse la quantité de ouate...

 

47.jpg

...et d'après la profondeur du caisson et le poids de ouate retirée dans le trépan, l'abaque nous dit si la ouate est trop ou bien pas assez tassée.

Celà est la théorie, car il suffit que, lors de l'insufflation vous ne retiriez pas votre tuyau assez vite, la densité change très rapidement.

Si vous faite justement votre test de densité à cet endroit, la mesure sera fausse. Enfin, je dirais qu'il vaut mieux que la ouate soit un peu plus tassée que pas assez! Mais ça n'engage que moi!

 

Pour ma maison, j'ai commencé à insuffler les pignons. En pignon, j'ai mis 27cm d'épaisseur si l'on prend en compte le gonflement du frein vapeur.

 

J'ai laissé ouverts les caissons de bout de toiture afin de pouvoir accéder pour insuffler les pignons par leurs point le plus haut.

 


30.jpgCaisson de bout de pente de toiture laissé ouvert

 


C'est par ces caissons laissés ouverts que je peux accéder "facilement" au haut des caissons de pignon.

 

21.jpg

insufflation des caissons de pignons

 

 


25.jpg

vue de l'intérieur


 

Une fois tous les caissons de pignons insufflés, les caissons de bout de pente sont refermés

 


31.jpg

Caisson refermé.

 


 

Reste à insuffler les caissons de toiture.C'est le plus simple.

Comme je l'ai montré plus haut j'avais mis une petite botte de paille dans les caissons de bas de pente. J'ai du faire un second trou dans le frein vapeur afin de passer le bras pour bien positionner le tuyau d'insufflation derrière la botte de paille.

 


 

  IMG00578-20110321-1126.jpg

vue interieure du tuyau derrière la botte de paille

 

 

 

Toujours est 'il qu'une fois tous les caissons fermés, on obtient une maison super bien isolée. Je suis stupéfait de voir comment la maison réagit.

Quand il fait chaud, et que le soleil cogne sur les ardoises, il ne fait jamais chaud dans la maison.Le déphasage thermique fonctionne parfaitement.


S'il fait froid dehors, il fait toujours bon dans la maison. extra!

 

Et dire qu'il y a des constructeurs maisons dont la première chose qu'ils mettent en avant auprès de leurs clients pigeons, c'est le chauffage.

Ils devrait penser à l'isolant!! mais ils ne se feraient pas de plus value sur la revente de matos  et ne feraient pas travailler la sacrosainte société  EDF. Oupssssss je m'égare ;-))

 

 

Au rez de chaussée, au dessus de la dernière rangée de bottes de paille il restait un volume non isolé car difficile d'accès avec de la paille. le plus simple c'est l'insuflation.

 

Pour les caissons parallèles aux poutres du plafond, j'ai fait de longs caissons. Avant de fermer ces caissons avec le frein vapeur, j'avais laissé une ficelle allant d'un bout à l'autre. J'ai attaché cette ficelle au tuyau et pendant que l'un tirait la ficelle, l'autre poussait le tuyau.  Ainsi il m'a été facile de glisser le tuyau sur plusieurs mètres.

 

 

IMG00581-20110321-1524.jpgUn tuyau pour le coté droit, un pour le coté gauche.

 

 

 

Il est important de mettre les tuyaux ensemble avant d'insuffler car les caissons sont reliés entre eux. Si l'on insufflait un coté avant de mettre le deuxième tuyau,  il serait impossible de mettre ce dernier car la ouate de la première insufflation empècherait sa mise en place.

Heu ...m'avez vous compris??

 

Pour les caissons de bout de poutres, j'ai fait de même. Comme dit plus haut, j'avais cloisonné des caissons de trois entre-axes de poutres.

Vu que la ouate a du mal a se faufiller partout dès qu'elle trouve un obstacle, j'ai mis les trois tuyaux en place avant d'insuffler.

J'ai fait aller le tuyau le plus à droite entre les poutres le plus à gauche en vérifiant qu'il remonte bien entre les poutres vers le haut du caisson.

J'ai mis le tuyau le plus à gauche entre les poutres les plus à droite en prenant soin qu'il remontent vers le haut du caisson.

Et j'ai mis le tuyau du centre vers le bas du caisson du centre.

J'ai insufflé avec un des tuyaux des extrémités. En retirant le tuyau j'ai ainsi rempli la majeure partie du caisson total. J'ai fait souffler ensuite le tuyau de l'autre extrémité, et il a rempli la partie haute se trouvant au dessus du trou du 1er tuyau. Le dernier tuyau a quand à lui insufflé correctement la partie entre poutres du centre.

 

voilà simple ;-))) . Une petite photo vous aidera à mieux suivre .

 

IMG00584-20110321-1619.jpg

voyez vous mieux ce que j'essayais d'expliquer plus haut?

 


Et pour faire ce genre de manip avec trois tuyaux il y a ceci

 

 

IMG00587-20110321-1811.jpg,Une entrée, trois possibilités de sortie.

 

 

Le morceau de tuyau est branché sur l'insuffleuse. les trois tuyaux de la photo plus haut sur les trois sorties, et après il suffit de choisir la sortie  que l'on souhaite.

 

 

Une fois tout insufflé, il ne reste plus qu'une chose à faire, c'est boucher les trous dans le frein vapeur avec du scotch.

 

Et c'est super, car c'est une phase du chantier de fini, et une autre qui commence

 


 


 

Mes conclusions de la mise en place de la paille :


mise en place:

Si vous voulez une bonne isolation, faites la vous même, même si c'est long et pénible ! ;-)

J'ai du le dire, si l'on veut que ce soit bien fait, il faut passer et repasser, tasser et retasser, rajouter de la paille, vérifier, boucher les endroits insuffisamment tassés.....

Je doute que la technique que j'ai utilisée soit la meilleure vu que mes bottes de paille n'etaient pas adaptées à la structure bois.
Sinon, si l'on ne regarde pas son temps de mis en oeuvre c'est une bonne solution.

 

Mais je ne referais pas cette pose de type "greb". Je ferai celle qu'a mis en oeuvre mon vieux compère ici ou un autre de mes amis en faisant lui même ses poutres en I avec des tasseaux et de l'osb.

 

Pour la dalle , j'estime la mise en place de la paille à une semaine complète à  trois personnes et en bossant bien, très bien même. Mais pour la dalle le soucis venait du temps passé à la retaille des bottes!
Mais ce n'est pas tout. Par exemple, le charpentier estime que s'il avait mis le frein vapeur et les plaques d'osb  sur une surface plane,  une journée bien remplie lui aurait suffit.  Avec la paille, pour mettre les plaques d'osb à deux, nous avons mis deux journées bien remplies.

 

Mais le résultat pour la dalle est extra. Elle ne "flotte pas, rigide comme il faut. La paille contrevente la dalle.

 

 

Les murs sont comme  la dalle, parfaitement contreventés. Même quand il souffle fort dehors, rien ne bouge. on ne sais même pas qu'il y a du vent dehors!  Pourtant en Bretagne, ce n'est pas un vent de Français ;-)

 

 

Il faut également penser à la manutention, au ramassage de la paille. J'ai stocké ma paille dans un hangar.  à 7km de la maison. J'ai chargé la paille chez le paysan. je l'ai déchargée dans le hangar du copain, j'ai rechargé les bottes dans ma remorque de voiture et dans la voiture (50 bottes environ par trajet) Ca prend du temps, de l'essence pour les trajets, et de la fatigue. Mais la paille doit ètre stockée au sec.

En efficacité thermique,
Si l'on a pris le temps de bien tasser horizontalement pour boucher les trous rebelles du au passage des ficelles, tasser verticalement afin qu'il n'y ai pas de passage d'air entre deux rangées de bottes, mettre des renforts entre les ossatures extérieures et intérieures (dans ce style d'ossature), le résultat ne peux pas ètre mauvais.

Idéologiquement.
Là, la paille n'a rien à craindre face aux concurrents. On ne peut faire plus écologique. De la paille, il y en a dans la plupart des fermes. L e coût à l'achat est faible et il n'y a pas d'intermédiaires qui se sucrent au passage.

 De plus la paille est une solution qui permet de rencontrer de nouvelles têtes, ça facilite les rencontres. Le coté social existe.Les chantiers participatifs existent.

Cependant attention, en hiver, il fait froid, il pleut, il neige, et les amateurs de chantiers se font plus rares.

Heureusement que les copains répondent présents dans les coups de bourre.   


Conclusion:
 La paille est un matériau qui ajoute de la masse . On sent la solidité de l'ensemble. La paille contrevente la maison.

Donc la paille est une bonne isolation écologique  à moindre coût répondant à une interrogation écologique, financière et idéologique, n'est ce pas là le but recherché?
Je ne vois pas d'autre solution d'isolation répondant à ces trois raisons. Malheureusementla façon dont j'ai posé mes bottes n'était pas la meilleure car longue à la mise en oeuvre si l'on veut un bon résultat.



Je remercie les copains Samuel, Vincent et Christophe, Laurent de m'avoir aidé. C'était plutôt pénible comme boulot.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 19:28

Comme pour les murs, nous contreventons la toiture avec des panneaux de contreventement chronopan. 
Nous mettons également le pare-pluie et par dessus les contre-liteaux.
Vous pouvez voir l'explication de tout cela ici

Le litonnage:

Ensuite, c'est là qu'il y a du changement car il faut poser les liteaux.  Les liteaux sont les pièces de bois horizontales qui tiennent les ardoises.

Avant de poser les liteaux, il faut calculer le pureau. Il faut donc connaître la taille des ardoises. Nous utilisons des ardoises 32x22, des crochets de 11cm. L'entre axe des liteaux est donc de 10,7cm. ( vous pouvez trouver toutes les informations nécéssaires dans les guides de pose un peu plus bas)

J'ai commencé à tracer au cordeau les entre-axes des liteaux sur les contre-liteaux, mais j'ai laissé tomber pour deux raisons.
La première est qu'avec toute la pluie qui tombe, il faut tracer juste avant de mettre ses liteaux sinon le tracé s'efface ( peut ètre existe t'il de la craie spéciale qui résiste aux pluies.....) La deuxième raison est qu'il est difficile de tracer au cordeau quand on travaille seul car le tracé est assez aléatoire.
J'ai donc  tracé avec une pige de deux mètres environ et je trace au crayon sur les contre-liteaux.


Nos liteaux font 5cm x 1,8cm.  J'ai des liteaux en mélèze et d'autres en douglas.

Recul sur les liteaux:
Ne pas prendre de mélèze, il est trop noueux, et donc cassant sur de petites sections.

Je les pointe au marteau, n'ayant pas réussi à subtiliser le cloueur pneumatique du charpentier ;-)
Ce sont des pointes galvanisées  de 5cm x 2,4cm à têtes plates.
Finalement je pense que le marteau est plus approprié que le cloueur. Etre sur un toit n'est pas l'endroit le plus aisé pour ce déplacer. Il est plus facile de manier un petit marteau léger qu'un cloueur et son tuyau d'air.


DSCN1546
Voici ce que celà donne. Il semble qu'il y a du brouillard!



Un ptit truc que m'a donné le charpentier. Quand les liteaux se fendent en bout, au lieu de rajouter une deuxième pointe qui risque également de fendre le bois, il faut mettre une pointe sous le liteau et la recourber sur le liteau. Il semble que celà soutienne le bois sans le fragiliser d'avantage.


DSCN1644.JPGpointe sur liteau fendu


En haut de toiture j'ai pointé une planche de 10cm de large. (j'ai vu sur des toiture des planches plus larges) Son but est de permettre la fixation de la dernière ligne ardoises à la pointe .


DSCN1569 les liteaux et en haut de toiture les planches de faitage.



DSCN1570pas de jaloux, pareil pour l'autre pent, chacun sa planche


Une fois les ardoises posées, il y aura les tuiles faîtières à fixer. Elles se fixent avec des vis de 12 cm de long environ. 
 Pour que les vis des tuiles faîtières trouvent de quoi se fixer, j'ai rajouté un tasseau dont j'ai coupé un angle à 45°. 


DSCN1626
vue du tasseau de faîtage


Je l'ai fixé avec des vis de 5x90 en biais dans l'épaisseur des planches de faîtage.

DSCN1627
vue de dessus du tasseau

Retour expérience sur le tasseau de faîtage:

Pour couper les planches et tasseau de faîtage à la bonne longueur, n'oubliez pas de prendre en compte les ardoises de rives qui dépassent. J'avais oublié de le faire. J'ai du rajouter un petit bout de solin pour palier à cet oubli. Pas grave du tout, mais autant y penser.

En bas de pente j'ai également mis des planches de 10cm de large pour la fixation des crochets de gouttières et les doublis (ardoises de bas de pente)


DSCN1645
planche de 10cm en bas de pente



DSCN1575
Voici la face nord finie


Nous avons  vérifié si l'équèrage de la toiture n'était pas trop mauvais grâce au théorème de  pythagore 3-4-5. (Petit rappel ici) puis tracé la coupe au cordeau.

DSCN1647trace.jpg
le théorème de pythagore 3-4-5


Avant d'attaquer l'ardoise, j'ai coupé les débords de liteaux.

Il faut prévoir l'épaisseur du bardage. Les planches de bardage et de couvre-joint qui viendront en appui sous les liteaux font respectivement 2cm et 1,7cm d'épaisseur.  Nous avons donc laissé déborder les liteaux de 3,7cm par rapport au bord des planches de rives. Bon disons 4cm.
on trace au cordeau puis on coupe à la scie sauteuse.

DSCN1648.JPG
tracé au cordeau avant la coupe.



DSCN1649.JPG
 après la coupe!




Les gouttières

J'ai cherché l'information sur internet et ai regardé comment était fait la toiture de mon habitation actuelle.

Il est donc possible que je fasse des erreurs dans la pose de la couverture,  je ne suis pas un pro et c'est ma première réalisation de couverture. Enfin, je ne peux pas faire pire que la société qui a refait la toiture de mon habitation actuelle. 

Avant de poser les ardoises, il faut poser les crochets de gouttières.

retour d'expérience:

Les gouttières se posent avant les ardoises! Oui, celà doit en faire rire certains, mais je pensais que l'on pouvait glisser les gouttières dans les crochets.
J'ai donc du enlever les doublis que j'avais posés en bas de pente pour pouvoir poser la gouttière dans les crochets!! Maintenant je sais ;-))


généralités de pose des gouttières

Les gouttières sont des "demi-rondes" . Les crochets que j'ai pris sont du modèle rouen. Ce sont des crochets fait pour ètre pointés ou vissés sur de la volige. Moi j'ai vissé. Je préfère la vis.

DSCN1742.JPG

les crochets
Il faut donc définir dans quelle sens sera la pente d'écoulement d'eau.  Il faut placer les crochets d'extrémités en commençant par celui de haut de pente.

J'ai placé ce crochet de haut de pente de façon que la gouttière, une fois en place, soit à environ deux centimètres sous le bas de la toiture.

J'ai laissé 11 cm entre les bords de la toiture et les crochets d'extrémités.

DSCN1650bis-copie-1.jpgCrochet de haut de pente.


Ensuite il faut placer le crochet de bas de pente. Ma toiture fait 8,85m de long . Sur le net certains sites préconisent  1,5mm/m de pente. D'autres préconisent 3mm/m.
J''ai donc  mis une pente d'environ 2,5mm par mètre, soit  pour 8,85m  une pente d'environ 20mm.  On peut donc placer le crochet de bas de pente 2,5 cm plus bas que celui de haut de pente, soit 4,5cm sous le bas de toiture.

Ensuite on tire un cordeau entre ces deux crochets.

DSCN1654.JPG
. crochet de bas de pente et le cordeau


Il faut placer un crochet de gouttière tous les 50cm environ.
Sur mon habitation actuelle l'entre axe est plus proche des 60cm, voir plus!!! Oui, je sais ce n'est pas une référence !!
Donc j'ai mis un entre-axe de 50,8cm.

On achète les crochets droits. Il faut les plier judicieusement pour las adapter à la toiture.

DSCN1655.JPG
 controle la pente au niveau à bulle



DSCN1656.JPG
 et voici ce que ça donne une fois fini.

retour sur la pose des crochets:
Par rapport aux photos précédentes, j'ai apporté un petit changement. J'ai disposé une ou deux ardoises sur les crochets. Ces ardoises se soulèvent à cause de l'épaisseur du crochet. Je ne sais pas ce qu'un couvreur aurait fait, mais j'ai décidé de faire de petites entailles de l'épaisseur du crochet dans la planche de bas de pente.  La planche de bas de pente faisant 2cm d'épaisseur,  je peux me permettre de l'entailler de quelques mm. Ainsi les ardoises ne rebiquent pas.
Autre retour de pose: Mes crochets penchent un peu vers l'extérieur ce qui fait que ma gouttière, elle aussi, penche vers l'extérieur. Celà se voit sur la photo précédente. il aurait fallu relever le crochet. Mais, bon, celà est vraiment secondaire.

IMG00120-20100314-1159.jpg
Crochets dans son entaille

Les gouttières ont été soudé par un ami qui avait un fer.
Je n'ai pas de photo, mon appareil ne voulait rien savoir. Toujours est'il que la soudure semble ètre assez simple à réaliser, encore faut'il avoir le fer!!
Je vais tenter d'expliquer par des mots. Ce sera sans doute moins explicite qu'avec des photos!
Souder une gouttière, c'est un peu comme pour étamer des fils électrique sauf que c'est un métal d'apport en barre et que le fer est plus puissant.
On commence par définir où sera la naissance (bout de tuyau soudé à la gouttière), a combien de cm du bout de la gouttière elle sera. Moi je l'ai mis à 40 cm. Je ne suis pas sure d'avoir bien choisi, mais je verrais plus tard.
Il est possible de trouver des naissances toute faites. Mais ce n'est pas bien difficile de les réaliser.
Par découpage, il faut donner au bout de tuyau la forme arrondie du fond de gouttière . Une fois le tuyau arrondi on le place sous la gouttière et on trace sur celle ci l'endroit que l'on a à découper pour passer la naissance.
Ensuite, à l'aide d'un petit marteau on rabat les bords de la partie supérieure du tuyau vers l'extérieur afin qu'ils aillent en appuit dans la gouttière. Heu, vous avez compris?
C'est ce pli obtenu que l'on soude à l'intérieur de la gouttière. 

DSCN1837.JPG
naissance vu du dessous

DSCN1836.JPG
vue du dessus

Ensuite, on positionne les gouttières. Il me fallait par coté de la maison deux morceaux de 4 mètres plus un d'environ 90cm .
En bout de gouttière, nous avons soudé les talons.On trouve des talons tout fait, mais il est possible de les réaliser soit même
En premier il faut souder en fond de gouttière le talon par un petit point de métal d'apport . Cela permet de positionner le talon. Ensuite il faut faire deux points sur les parties supérieures pour bien le fixer puis on le soude entièrement à la gouttière. 

DSCN1835
talon de gouttière soudé

Les raccords des gouttières se superposent d'environ 5cm. La soudure est simple, on chauffe les pièces et on dépose le métal d'apport tout en déplaçant lentement le fer.

Voilà, j'ai fait le tour me semble t'il.



Les ardoises:

Il y a plein d' infos sur la pose de l'ardoise sur le net. En voici quelques-unes



Avant de poser les ardoises, il faut tracer les traits d'ourne.

Vous trouverez toutes les explications sur le trait d'ourne dans le guide de l'ardoise de galice" un peu plus haut.

 Mes ardoises ne font pas exactement 22cm de large, mais 21,9cm.
 Pas grand chose me direz vous, mais 10 fois 1mm ca fait un décalage de 1cm! Sur une longueur de toiture, ça change la donne.

Nous avons essayé de tracer au cordeau les traits d'ourne. Cependant, il est facile de dévier rapidement de quelques milimètres malgrès l'attention que nous avions mis. De plus une fois que nous avions tiré quelques traits, il y a eu une belle averse, et tout était effacé!

Je viens d'apprendre qu'il existe pour tracer une sorte de craie rouge qui se mélange à de l'eau et qui résiste à la pluie. Mais je n'en avais pas!

J'ai donc fait différemment.
J'ai positionné 5 ardoises sur une planche avec entre elles les crochets. J'ai ensuite mis ma pige dessus, et ai repéré l'emplacement des crochets.
Ensuite j'ai décallé ma pige d'une demi ardoise et ai à nouveau reporté l'emplacement des crochets. J'avais ainsi l'entre-axe parfait des traits d'ourne correspondant à  mes ardoises et à mes crochets.

J'ai reporté grâce à ma pige ces repères sur les liteaux en bas et en haut de toiture puis j'ai tracé les traits d'ourne à la règle de maçon. C'est long comme méthode, mais je suis sûre de l'alignement de mes ardoises.

IMG00121-20100314-1210.jpgtraçage du deuxième trait d'ourne




Que dire sur la pose des ardoises si ce n'est qu'avoir de belles ardoises lisses et planes est une bonne chose.
Il semble y avoir trois catégories d'ardoises : Le premier choix, puis R1 puis R2.
Choisir une ardoise est une belle galère. Le néophite s'y perd!!  
J'ai choisi des ardoises R1 sin 230 de chez rathscheck. Pourquoi celles-là. Et bien c'est une R1 que j'ai eu à un prix pas trop élevé.
Un vendeur d'ardoises qui est venu voir mon chantier m'a dit que ce sont de belles ardoises. bon!!
Si vous devez faire un choix, ne prenez pas de R2 même si c'est moins cher, vous risquez d'ètre perdant  à cause des trop nombreuses ardoises à mettre au rebut.
De plus si comme moi, c'est votre première couverture, vous trouverez déjà assez difficile de mettre correctement des ardoises dites "extra lisse".
Le conseil qui m'a été donné, c'est de prendre un ardoise NF. Une NF est de meilleure qualité qu'une ardoise répondant simplement aux normes Européenne.

DSCN1682.JPGFiche de palette
 

Les crochets sont de deux types. Les crochets à agrafe et ceux à pointe. Pour la toiture, j'ai pris 10 boites de crochets à clips et une boite de crochets à pointe.

DSCN1678.JPGcrochets à agrafe

DSCN1729.JPGCrochets à pointe
Pour la pose, il suffit de suivre la doc un peu plus haut.

Poser de l'ardoise est à la portée de n'importe qui mais bien les poser est difficile. 
Je dois avouer que j'ai bien du mal. Certaines sont épaisses, d'autres sont plus fines.
Il y a aussi des ardoises de félées.Il faut y aller doucement quand on n'a pas l'habitude

Les ardoises félées sonnent différemment en les raclant ou tapotant avec un objet (pince, autre ardoise...)
Elles sonnent comme un vieux bol ébréché.

Il y a aussi des ardoises voilées. Il y en a de plusieurs sortes. Des voilées dans le sens de la longueur, des voilées dans le sens de la largeur, il y a aussi les vrillées.  Il faut composer avec en les utilisant pour les coupes de rives, de faîtage ou encore les doublis. On peut aussi mettre certaines en bas de pente car elles sont cachées par les gouttières.

Il semble que les couvreurs professionnels trient les ardoises avant de monter sur la toiture. Mais ils ont de l'expérience, et savent d'avance ce qu'il faut garder et mettre de coté.
Moi, n'ayant jamais fait de couverture, je n'ai pas de repère.
Je monte tout et je trie au fur et à mesure sur le toit. Ce n'est pas pratique ni très rapide et ca demande plus de boulot.
Heureusement que j'ai des échaffaudages!! Important les échaffaudages! Un grand merci à COB bois qui me les a prèté.
J'ai adopté une signalitique quand je trouve des ardoises à mettre de coté. Après je les retrouve plus facilement.
Un trait  vertical pour celles qui sont voilées sur la largeur elles serviront en rive.
Un trait horizontal pour celles voilées sur la longueur, elles serviront en faîtage ou en doublis .
un cercle pour les trop grosses
un serpent pour les félées.

Pour les ardoises légèrement voilée je casse la partie supérieure qui fait le voile. Ainsi l'ardoise repose a plat.

DSCN1666.JPGangle d'ardoise qui relevait

 

 

 

J'ai fixé les ardoises de rives de la façon suivante:

 Une rangée sur deux, la  première ardoise est posée au crochet et pointée en sa partie supérieure. Son coté extérieur est bisauté en haut et en bas. L'ardoise dépasse du bord de 5cm. Il est possible de mettre un  débord supérieur, mais il ne faut pas trop de prise au vent.

Comme vous pouvez le voir les crochets sur cette rangée sont fixés au crochet à pointe. Celà vient qu'il y a un contre liteau qui rend impossible l'utilisation d' un crochet à clips. Je pointe donc une chute le liteau sur le contre liteau avant de pointer le crochet.

 

DSCN1726

Rangée avec une ardoise complète biseautée

 


Le rang suivant est constitué par une demi-ardoise double clouée et par une ardoise complète crochetée. La demi ardoise est bisautée en haut et en bas et dépasse également de 5cm.


DSCN1727

Rangée avec une demi-ardoise biseautée et une ardoise complète.

 

 

 

 

Au faîtage, j'ai superposé deux rangs d'ardoises. L'avant dernier rang est fixé au crochet, le dernier au crochet pointé et à la pointe.


DSCN1668.JPGardoises au faîtage

 

 

Quand on trace les traits d'ourne il y a peu de chance de tomber juste en bout de toiture. Sur ma toiture il me manque 5cm. C'est à dire que ma dernière rangée d'ardoises serait arrivée pile poil au bord de toiture, mais il n'y aurait pas eu le débord.

J'ai donc positionné les ardoises de rive coté droit de façon à avoir le débord idéal.

Cela signifie que j'ai décallé ces rangs de rives de 5cm vers la droite, et que je vais devoir utiliser des ardoises de remplissages pour boucher les 5cm.

 Il y a un petit schema et les règles de pose à respecter sur les ardoises de remplissage dans le guide de pose des ardoises d'Angers un peu plus haut; Page 34.


 

DSCN1664.JPG

  la rive de droite mise en place

 


Et j'ai continué à poser mes ardoises.

Arrivé à deux trois ardoises de la rive droite, j'ai calculé comment calpiner au mieux mes ardoises.

Comme le dit le guide de pose des ardoises d'Angers, il ne faut pas mettre d'ardoise de remplissage de moins de 6cm. Personnellement, je trouve que 6 cm c'est peu quand il souffle et pleut en Bretagne, la pluie rentre partout.

 

J' ai donc décidé de reporter ces 5cm manquant sur deux rangs d'ardoise.

Ca donne deux rangs d'ardoise d' environ 18cm de large.



DSCN1680.JPG

deux lignes d'ardoises de plus petite largeur.

 

 

En final ces deux ardoises passent assez inapercues.

 

DSCN1685.JPGEt une face de posée

 

 En conclusion, je suis très content de ma première couverture. J'ai fait des erreurs de pose de débutant sur le premier pent. Mais bon, il faut bien apprendre. Voici quelques photos de ce qu'il ne faut pas faire, ou du moins éviter. 

 

DSCN1792.JPGL'ardoise de gauche est bombée et elle soulève celle du dessus. J'aurai du mettre une

ardoise plus épaisse ou bombée à droite également

 


 DSCN1793.JPG

Là, vous voyez une ardosie qui rebique d'un coté. Elle aurait du servir

pour une coupe dans sa longueur. Je vais bien sur la changer.

 

 

 

D'autres infos sur le blog du mes highlander(e) Breton(ne). Il y a des ptits trucs intéressants


http://harrogath.free.fr/#fiches%26fileId%3D4

 


 

La pose des fenètres de toit :

J'ai pris des vélux, marque connue. Les vélux sont souvent décriés. Il semble préférable de mettre des fenètres en pignons, mais parfois, cela n'est pas réalisable, et le coût est supérieur.

Cependant, la qualité du bois des vélux me laisse sceptique.

Pour la salle de bain, j'ai utilisé un velux de type GGU et pour les chambres des velux de type GGL.

Pour la chambre principale j'ai mis un 114x118 et pour la salle de bain et les petites chambres des 78x98.

J'ai pris des vélux de type "confort". Ils ont un meilleur vitrage au niveau thermique que les modèles standards. L'inconvénient des modèles "confort", c'est que la luminosité est moindre qu'avec des modèles standards. Le vitrage est foncé!

Lors du permis de construire, il m'a été imposé de mettre des vélux dit encastrés. Personnellement, encastrés ou non encastré, les vélux sont visibles! Il semble que les vélux encastrés soient meilleurs thermiquement.

Ce qu'il y a de sûre, c'est que les raccords encastrés ( type EDN ) sont deux fois plus chers que les modèles non encastrés ( type EDL ).

 

La première chose était de découper le pare-pluie et les panneaux de contre-ventement à la taille du velux.

Velux préconise de laisser sur la largeur un jeu compris entre 40 et 60mm. Je n'ai laissé qu'un jeu de 20mm.

 

retour d'expérience:

Laisser 20mm de jeu latéralement n'est pas un probleme  mais seulement au niveau du chevètre de charpente. Il faut laisser plus de jeu au niveau des contre-liteaux qui superposent les chevètres, car il faut laisser de la place pour la bavette inférieure du velux qui elle est plus large.


A noter que pour la pose des raccords encastrés (EDN) il faut prévoir un chevètre plus haut de 13cm (a vérifier) que la taille du chassis du velux . En effet, il faut faire la place pour la bavette inférieure incurvé vers l'intérieur.


Ensuite il faut positionner les pattes de fixation en"L" que l'on visse sur les cotés du chassis. Avant de visser les pattes, je mets un mastic (silicone ou autre) afin de colmater ce petit trou qui pourrait laisser passer un courant d'air. 

La notice d'explication vélux est assez précise pour la fixation des équerres.

 

DSCN1703.JPG

chassis mis en place. Sur les cotés les équerres en "L" spéciales modèle EDN

 

 

Avant de fixer définitivement le chassis au contre-liteaux, il faut vérifier l'équerrage du velux en posant la fenètre dans le chassis. La notice vélux l'explique bien.

 

Pour assurer l'étanchéité à l'air j'ai utilisé des bandes de compribandes. Ce sont des bandes de mousse très tassée qui une fois déroullées se mettent à gonfler très rapidement , ce qui assure l'étanchéité à l'air. Il en existe de plusieurs épaisseurs. j'ai mis des bandes de 15mm autour du vélux. Une bande de 15mm de chaque coté du vélux colmate bien les 20mm de jeu total laissé! 

J'ai également mis un petit morceau de compribande sous les pattes de fixation.

 


DSCN1693.JPG

Compribande entre le chassis du velux et le panneau de contreventement.

 

Après l'étanchéité à l'air il faut penser à l'étanchéité à l'eau. Bien sur j'utilise les pare-pluies et ne vais pas acheter le kit spécial vélux à prix d'or!

 

Je découpe correctement mon pare pluie afin qu'il vienne contre le chassis et le scotch contre le chassis avec le scotch delta vent.


 

DSCN1696.JPGLe pare-pluie découpé. les pattes de fixations recoivent une couche

supplémentaire de silicone au niveau du passage à travers le pare pluie.

 


 

DSCN1697.JPGScotch mis en place.

 

 

 

Sur le dessus du chassis,  j'ai mis un petit morceau de chronopan sous le pare pluie avant de scotcher. Ainsi, cela crée une légère pente qui rejettera une éventuelle fuite d'eau venant de plus haut vers les cotés du velux. Vous comprenez, je suis un adepte de la secte des "au cas ou" ;-) .

  DSCN1698.JPG

vue du dessus du velux. Celà en fait du scotch, mais bon....

 


Quand les étanchéités sont faites, il est temps de mettre les ardoises et  l'habillage du velux.


La documentation vélux explique bien la pose des divers éléments.

En premier on pose la bavette inférieure du velux et la petite barre de fixation.

 

 

DSCN1707.JPG

bavette inférieur du velux et sa tige de fixation

 

 

La pose des ardoises se fait un peu comme la pose des ardoises de rive. Avant de poser les ardoises et les solins de bords de vélux, il faut coller les bandes mousse fournies par vélux (visibles sur les photos suivantes entre les solins et le chassis de la fenêtre)

 

DSCN1710.JPGpremiere ligne d'ardoise: une ardoise coupée à la dimension. (Ici 18 cm)

 

 

 

Pour la deuxième ligne, une ardoise de 22cm de large, n'aurait pas tout recouvert. Il manquait 5cm environ. J'ai donc découpé une ardoise à 18cm de large.

 

DSCN1711.JPGdeuxième ligne: première ardoise en place

 

 

Ensuite il faut tailler une seconde ardoise pour boucher le trou restant. Ici une ardoise d'environ 8cm. Cette ardoise est double pointée. Afin de pouvoir mettre une deuxieme pointe (celle du dessous) je pointe auparavant une petite chute de liteau entre les deux liteaux. On le voit dépasser de dessous l'ardoise sur la photo si dessous.

 

 

DSCN1712.JPGDeuxième ligne: deuxième ardoise

 

Ensuite, avant de mettre la ligne d'ardoises suivante, il faut mettre un solin fourni par velux.



DSCN1713.JPGsolin en place.  je martele ce qui dépasse un peu du liteau supérieur

 pourqu'il ne gène pas la mise en place du crochet suivant.

 

 

 

DSCN1716.JPGVue latérale des solins (pièces marquées 3)



DSCN1715.JPGEt voilà un coté. La pièce latérale de finition velux est en place

 

 

Une fois les deux cotés ardoisés, on place le cache supérieur et la bavette supérieure.

 


DSCN1720.JPGcache supérieur et bavette supérieure en dessus


Ensuite, il suffit de continuer la mise en place des ardoises qui se trouvent en dessus.

 

DSCN1688.JPGEt voilà c'est fait

 

 

 

Un ptit salut à mon oncle qui du fin fond de son Lyon profond prend des nouvelles de la Belle Bretagne;-))

 

 

Pose des sorties de toit

 

J'avais pensé mettre des chatières  pour la sortie de chute et pour la VMC double flux car elles passent assez inapercues.

J'avais acheté les chatières "vepac 140" pour les chutes et "vepac 200" de chez Ubbink pour la VMC double flux. Mais au moment de les mettre en place, je me rends compte qu'elles sont trop profondes. Les liteaux et les contre-liteux à eux deux ne font qu'environ 40mm. Il aurait fallu que je coupe le contre ventement.


DSCN1671.JPGVepac 140 fait 50mm de profondeur

 

DSCN1673.JPGVepac 200. Encore plus profonde

 

 

J'ai alors mis des chapeaux de ventilation "Nicoll".  Un "CD10 pour la sortie de chute, et un  "SVMC16" pour la sortie de vmc double flux. 

J'avais acheté également un chapeau d'aspiration d'air pour la VMC. (ref nicoll CD16)

 

J'ai lu sur une documentation technique de VMC double flux qu'il  est préférable de laisser 10m entre les bouches d'aspiration et de rejet d'air si elles sont sur le même pent de toiture.

Ma toiture ne fait pas 10m, mais j'ai résolu le problème en positionnant  l'aspiration en pignon. Cela simplifiera le passage de la gaine d'aspiration. 

J'aurai pu la mettre sur l'autre pent de toiture.  

 


DSCN1771Chapeau de ventilation aspiration air frais. CD16.

Le cd 10 est du même type mais de diamètre 100

 

 

DSCN1789.JPGChapeau de ventilation svmc16. 

 

La forme du chapeau svmc16 évite que l'air sortant soit rejeté contre les ardoises.


La pose des chapeaux ne pose pas de problème particulier.

 

La première chose à faire est de repèrer de  l'intérieur l'emplacement idéal des sorties.

Je fais un trou de 10 à travers le panneau de contreventement et le pare pluie. Il me sert à repérer de l'extérieur.l'emplacement approximatif  de la sortie. Il servira également à passer la lame de la scie sauteuse.


  Ensuite de l'extérieur, je choisis l'emplacement idéal pour le chapeau par rapport aux ardoises.

 

Je coupe  le liteau qui gène et renforce les bouts coupés par des petits contre-liteaux.

Je repère l'emplacement ideal avec des petits perçages.

 

 DSCN1768.JPG

vue de l'extérieur

 


Grace à ces perçages, à l'intérieur je fais un cercle de 17cm pour la coupe. 1cm de jeu pour laisser de la place  au tuyau qui viendra s'emboiter au chapeau de toit.


 

 DSCN1777.JPG

vue de l'intérieur


 

Une fois le trou fait il faut penser à l'étanchéité à l'eau. Il existe des manchètes d'étanchéités, mais c'est hors de prix, et j'en ai vu ne pas ètre étanches!!

 

J'ai fait simple. Une chute de pare-pluie et du scotch Delta. 

 


DSCN1785.JPGOk,  c'est moche, mais c'est étanche! c'est le principal!

 

 

Ensuite j'ai mis le chapeau de ventilation et l'ai scotché à mon travail précedent . Bien sur,  il faut un scotch de qualité. Pas de scotch orange de chantier!

 

DSCN1787.JPGles dessous d'une jupe !!

 

Ensuite il suffit de mettre les ardoises autour du chapeau.


 


 

 

 

 


 

Retour d'expérience sortie VMC Nicoll:

 

Il y a eu de grosses pluies cet été, et un peu d'eau rentrait par la bouche de vmc de toiture; L'eau perlait sur le chapeau et tombait dans la maison. Je me suis inquiété et ai demandé conseil au service technique de chez Nicoll.

 

Voici leur réponse:


JG/CG/TCC/1010/023

Pour faire suite à votre mail, nous vous précisons que pour éviter ce problème, il faut que la ventilation fonctionne en continu.

Salutations.

Votre Correspondant :
J. GARNIER

 

 

 



 

Pose des tuiles de faîtage


Il faut commencer à poser les  tuiles par le coté opposé aux vents dominants. Ici, les vents dominants sont multidirectionnels!!

 

Avant de poser la 1ere tuile, il faut lui faire un habillage en ardoise. Il existe ce genre d'habillage en tuile.

 

DSCN1745.JPGvoici mon embout avec des rondeurs. 

 

Ensuite il faut le coller dans  le bossage de la tuile de bout.J'ai collé à la PU40 et ai fait les finition à la PU25 de couleur noir

Pour la colle PU, plus l'indice est élevé, plus elle colle, mais moins elle est souple!



DSCN1799.JPGvoici ce que ça donne une fois fini!

 

Du coté caché, j'ai collé trois morceaux d'ardoise afin d'avoir un ensemble bien solide.

 

DSCN1800.JPGPas très joli, mais ça tient.


Avant de poser la tuile j'ai mis un petit morceau de solin en alu pour boucher le trou du au tasseau de faîtage que j'avais coupé trop court. J'ai intercallé le solin entre les deux ardoises et l'ai collé à la PU25.



DSCN1796.JPGle solin se glisse entre les ardoises

 

DSCN1797.JPGbeurk! oui, je sais c'est laid, mais j'voudrais vous y voir en bord de toit

faire un travail finiolé!  je n'étais pas fier là haut!!

 

 

Comme vous pouvez le remarquer sur la photo précédente, j'ai également mis un cordon de PU25 sous le tasseau de faîtage. Ainsi, si une fuite au niveau d'une tuile avait lieu, l'eau glisserai sur l'ardoise.  Je vous l'ai déjà dit, je fais parti de la secte des "au cas ou". ;-))


Chaque  tuile est pointée avec une pointe à tète parapluie.

 


DSCN1769.JPGPointe à tète parapluie de chez dimos 120x3,7

 


DSCN1761.JPGles trois premières truiles

 


 

DSCN1763.JPG

un cordon de PU25 avant de poser la tuile suivante.

 

DSCN1781.JPG

une tuile recouvre environ 7cm de l'ardoise

 

 

Et on continue à poser les tuiles jusqu'à l'avant dernière tuile.


La dernière tuile est monté à l'envers par rapport aux autres tuiles et celà demande une petite préparation.

 

N'étant pas fière en haut de toit j'ai préparé les dernières tuiles au sol. J'ai mesuré la distance qu'il me restait à couvrir avec les deux dernière tuiles. 

 

J'ai installé au sol un tasseau censé représenter mon tasseau de faîtage et ai disposé la dernière tuile à l'envers et une autre tuile représentant la dernière tuile fixée en haut de faîtage.

J'ai disposé l'avant dernière tuile dessus et ai vu la distance que j'avais en trop.



DSCN1803.JPGla dernière tuile est à droite à l'envers par rapport aux autres


 

J'ai ensuite coupé à la meuleuse la longueur en trop sur la dernière tuile. Quand la distance à boucher est faible il est préférable de couper l'avant dernière tuile, ou bien alors de répartir la coupe entre les deux dernières tuiles.



DSCN1804.JPGcoupe propre à la meuleuse

 


ensuite il reste à cacher le raccord entre les deux dernières tuiles. Pour celà il faut sacrifier une tuile. Il faut lui prendre le bossage qui va cacher le raccord des deux dernières tuiles.



DSCN1805.JPGles deux dernières tuiles et le bossage de la tuile sacrifiée

 

 

Et voilà ce que ça donne

 



DSCN1806.JPGreste plus qu'a monter tout celà en haut

 

Le raccord est bien entendu collé à la PU pour le tenir et pour garantir l'étanchéité.


DSCN1808

Et voilà une belle ligne de tuiles

 

 

Il ne me reste plus que quelques ardoises à poser.



DSCN1810Et voici un chantier de fini.

 

 

Pose des ardoises de rives

 

La pose de ces tuiles est simple à réaliser.

 

Premier truc, couper en deux les ardoises sur leur longueur et  biseauter les angles bas de l'ardoise.

 

DSCN2475.jpgun biseau plus important que l'autre

 


 

J'ai taillé la première ardoise pour épouser la forme de la gouttière.

 

DSCN2477.jpg

Premières ardoises de rives

 

 

 

J'ai fixé les ardoises de rives au crochet et à la pointe. On pose du bas vers le haut.

L'ardoise va en buté dans le crochet, et la pointe la maintient à sa place.

Et ainsi de suite...jusqu'au faîtage.

 

DSCN2476.jpg

Tout est dit dans cette photo.

Le crochet, la pointe, la noisette de colle et le crochet de l'ardoise suivante.

 

 

Au faîtage, j'ai mis des rondeurs à l'ardoise de raccord.

 

bardage-3.jpgl'ardoise de raccord est fixée par deux pointes

 

 

 

 


Il me restera la sortie de poele à poser quand je l'aurai

 


Partager cet article
Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 18:11

La protection aux intempéries de la maison sera  assurée par un bardage bois vertical avec couvre-joints.

Mais avant d'arriver au bardage, il y a plusieurs couches à mettre en place.

Le contreventement

Bien que la structure poteaux poutres soit assez stable, ce n'est pas suffisant pour stabliser l'ensemble de l'ouvrage.
Pour le contreventement, nous utilisons des panneaux de chez kronospan.

Les dimensions sont marquées dessus

Contrairement à ce que je croyais et qui se dit souvent sur le net,  ces panneaux comme ceux des concurrents ne sont pas reconnus comme pare-pluie.



Les panneaux sont cloués à l'aide d'agraffes de 40mm. il est possible également de les visser.
voilà le type d'agraffes


retour d'expérience sur les agraffes:
Avec du recul, je remarque que les agraffes ne valent pas les vis. Les professionnels les préfères car c'est plus rapide et moins cher mais la qualité du travail en pâtie.
Elles n'ont pas la tenue d'une vis, et elles ont tendance à suivre le fil du bois, et parfois à sortir des tasseaux sans aller accrocher réllement.
J'en parle un peu plus bas.



Le contreventement de la maison s'est fait en plusieurs étapes.
Nous avons mis le contreventement des pignons d'étages avant de lever ces derniers sur la dalle d'étage.  C'est plus facile à faire au sol qu'en haut d'une échelle ou d'un échaffaudage.

A la partie basse des pignons d'étages, les panneaux débordent de 10cm  afin de déborder sur  la partie haute de la planche de rive.

Un jeu d'enfant cette machine...enfin presque


Les  panneaux reposent sur les montants et sur des entretoises rajoutées entre montants. L'entre axe des montants d'ossature se doit ètre au maximum de 60cm afin de repondre aux préconisations du fabriquant.
Les panneaux se découpent à la scie circulaire.

Et ça donne ceci.


Les façades et la toiture ont été contreventées plus tard. Mais nous procédons de la même manière que pour les pignons d'étage. 
Agraffage à l'agraffe de 40mm sur les montants et les entretoises "10x4" de la structure autrichienne. Nous avons mis ici les panneaux à l'horizontal.

DSCN1276contreventement de la façade sud. Les plaques sont posées horizontalement


 
Le contreventement de la toiture s'est fait de la même façon. Les plaques de kronospan se fixent cependant sur les chevrons et les chevètres de fenètres de toit.
Il faut signaler qu'avoir un échaffaudage facilite drolement la vie et nous gagnons en sécurité. Les plaques sont lourdes.

Afin de faciliter  le montage des plaques sur le toit, nous posons aussitôt sur le pare pluie et  les contreliteaux. ( 2,2cm x 4,5cm) sur lesquels nous vissons provisoirement des tasseaux 4cm x 4cm.
Ces derniers nous servent à grimper et surtout à ne pas descendre trop vite !!

DSCN1425Le contreventement, le pare-pluie et les contre-liteaux.



DSCN1422Vue de dessus  (kronospan, pare-pluie contre-liteaux et tasseaux provisoires)


DSCN1427
Les contre-liteaux sont fixés par bouts au fur et à mesure de la montée.


DSCN1424Le système de fixation de notre échelle. Callée latéralement et ficelée pour qu'elle de glisse pas.


Le pare pluie:
 Comme je le disais plus haut, il semble que les panneaux de contreventement ne sont pas reconnus comme pare-pluie. Si j'avais posé le bardage aussitôt, le pare pluie aurait pu ètre évité.  Cependant, ce n'est pas le cas et nous posons aussitôt cette peau issue de l'industrie pétrochimique. Ben oui!
Il existe plusieurs types de pare-pluie plus ou moins perspirant. Le notre est plutôt perspirant.

Voici le type de pare-pluie utilisé.


Les bandes de pare-pluie se superposent de 10cm. La bande supérieure recouvrant bien entendu la bande inférieure, elles se posent horizontalement.

Les bandes sont agrafées avec de courtes agrafes à l'agraffeuse manuelle à frapper. 

Pour les pignons d'étage entre les bandes de recouvrement du part pluie, j'ai passé deux lignes de colle PU (oui, je sais pas écolo comme truc) afin d'améliorer la continuité du pare-pluie.  Pour le reste de la maison, facades et toiture j'ai utilisé le scotch adéquate.  Je ne sais pas si c'est plus écolo, mais c'est préconisé pour le pare-pluie. Donc...
Je rajouterai également du scotch sur les raccords de pignons d'ètage .


DSCN1167les lignes de colle en pignon d'étage. Non, ça ne se snif pas!



DSCN1447Voici le scotch adéquate. Peut également servir à s'épiler ;-)

Le pare-pluie fait que la maison est entièrement recouverte par cette peau qui laissera évacuer la vapeur d'eau venant de intéreur  et empèchera toute infiltration éventuelle d'eau venant de l'extérieur. Ai je bien compris?  Dites moi si je me trompe.


DSCN1430Vue de dessous d'un débord de toiture.


DSCN1452Vue d'une facade. Tous les trous, tous les raccords sont scotchés



DSCN1446Vue d'ensemble.


Le contre-tasseautage et le tasseautage
:
Ces deux compères ont pour but de laisser un passage d'air entre le bardage et le pare-pluie. J'ai lu quelque part, que, plus le flux d'air est important à cet endroit, plus le bois de bardage résistera dans le temps.
Notre bardage sera vertical avec des joints de recouvrement. Il faut donc des tasseaux horizontaux.
J'aurai pu mettre simplement des tasseaux horizontaux. Mécaniquement il n'y aurait pas eu de soucis. Cependant le hic aurait été en cas d'infiltration. L'eau serait resté sur les tasseaux et aurait fini par faire pourrir le bois des tasseaux et du bardage. le passage d'air aurait
également été moindre.
En mettant des contre-tasseaux puis des tasseaux, celà ne peux arriver. l'eau éventuelle s'evacuera.


Les tasseaux et les contre-tasseaux font (45mm x 22mm) sauf au niveau des pignons d'étage où ils font (45mm x 32mm) pour facilité le rejet de l'eau vers l'extérieur

Les contre-tasseaux sont agraffés (70mm de long les agraffes) en superposition aux montants d'ossature (pour les pignons d'étage) et en superposition des montants "10x4" de l'ossature Autrichienne pour les façades. Une agraffe tous les 20-30cm environ.

DSCN1168
Tasseaux de 4,5cm x 2,2cm et contre-tasseaux de 4,5cm x 3,2cm en pignon  d'étage

Ensuite il suffit de mettre le tasseautage. Ils sont  agraffés sur les contre-tasseaux.  Deux agraffes de 70mm par croisement) . Il est
également possible de pointer les tasseaux ou de les visser.

Un ami me demandait si de telles agraffes sont suffisantes pour supporter le poids du bardage. La masse volumétrique du douglas se situe au alentour de 600kg/m3 sec. En se basant sur 800kg/m3 non sec, celà fait pour lun bardage de 2cm d'épaisseur  une masse au m2 de 16kg.  Pas de soucis à se faire.
cependant, comme je le disais plus haut, j'ai plus confiance aux vis;


Retour d'expérience sur la fixation des tasseaux:

Ayant attendu pas mal de temps avant de mettre mon bardage d'étage les tasseaux ont subit le soleil d'été et quelques belles averses; Les agraffes ont laissé le bois travailler. J'ai donc mis des vis de 4,5mmx60mm sur les tasseaux horizontaux et des vis de 90mm aux croisements des tasseaux verticaux et horizontaux. Ca tient beaucoup mieux!
De plus, sur le chantier d'un ami, il y a eu des infiltrations malgrès le pare pluie, ayant pour conséquence l'apparition de moisissures noires au niveau des montants d'ossature et au niveau des raccords extérieurs de pare-pluie. De l'intérieur ça donne ceci
D'après son charpentier qui lui a également posé le pare pluie, celà vient du fait que ce pare pluie n'est pas fait pour ètre exposé aux intempéries plus de trois mois, et qu'il n'est plus étanche. Comme disait un boss chez qui j'ai fait de l'interim :"si tu ne veux pas dire que c'est toi, tu dis que c'est ton voisin". Pour moi le soucis vient de l'utilisation d'agraffes pour fixer les tasseaux. car elles ne plaquent pas correctement les tasseaux contre le pare pluie. 
Avec les pluies presque continuelles que nous avons, l'eau s'infiltre derrière les tasseaux, s'infiltre le long des agraffes et rentre dans le kronospan ou bien s'infiltre entre le chronopan et le pare pluie. L'eau qui descend ainsi se trouve bloquée au niveau des raccords de pare pluie Ici et rentre à ce niveau dans le kronospan provocant les moisissures à l'intérieur.
L'artisan répondra, que le bardage empèchera ce problème, mais s'il y a une infiltration dans quelques années, qui sera tenu responsable? 
Conclusion les agraffes sont a proscrires. 

                                                                                                                                                                                                                                                                  

DSCN1172.JPGPignon fini reste plus qu'a lever le tout.

En bas des facades il ne faut pas oublier d'intercaler au bas des contre-tasseaux  les grilles anti-rongeurs.  Il semble qu'il existe plusieurs type de grilles. des grilles en pvc, des grilles en alu, des grilles en forme de U ou de L.... faites votre choix. 
Nous avons  pris des grilles alu en L
.

DSCN1414vue d'une grille (2,5m de long  x 5cm x 3cm)


J'ai fixé les grilles avec de petites vis par le dessous dans les poutres périphériques 300x100 de la dalle bois et en bout des contre-tasseaux.
La partie de 5cm allant sous la poutre périphérique de dalle, la partie de 3cm remonte contre le contre-liteau.


DSCN1453vue de dessus de la grille



Ensuite il suffit de fixer le premier tasseau sur les contre-tasseaux. La grille est prise en sandwich entre les contre-tasseaux et le tasseau bas.


DSCN1412vue de dessus une fois le tasseau bas mis en place




DSCN1413vue de dessous d'une grille anti-rongeurs




 


Partager cet article
Repost0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 18:46

La première chose pour la dalle c'est de mettre les solives. Malheureusement nous n'en avons que trois, le reste est retourné chez le fournisseur. Trop d'aubier!  Pas sérieux comme boulot. c'est la troisième ou quatrième fois que nous leur retournons du bois.




---------------------------------------------------------------------------------------

Les solives manquantes sont arrivées!  et 4 retournent directement chez le fournisseur. Toujours trop d'aubier. Je sais je suis difficile, mais pourtant j'accepte un peu d'aubier car je le plane. Je répète une fois de plus, soyez très exigeant sur la qualité de votre bois quitte à ètre pénible.

Pourquoi je ne veux pas d'aubier. J'ai eu l'occasion de voir chez une connaissance charpentier un morceau de douglas qui se trouvait sous un abris pendant 2 ou 3 ans . Il était dehors, mais pas sous les intempéries. L'aubier était attaqué par la petite vrilette. Le duramen, qu'en à lui, était parfait. La question que je me pose est: quelles seront les qualités mécaniques d'un bois attaqué par la petite vrillette S'il y a autant d'aubier que de duramen sur un pièce?

Heureusement que je participe au chantier et que le charpentier est  compréhensif.
M'enfin! Voilà mon coup de gueule du jour. ;-)

    --------------------------------------------------------------------------------------




Avant de continuer la mise en place des solives, nous avons finiolé l'équérage du deuxième
pignon.

Une bonne sangle et tout le monde trouve sa place.



Revenons aux solives. Elles font 7cm de large par 22cm de retombée. Il y a aussi deux solives porteuses (13cm x 24 cm )sur lesquelles viennent en appui les solives délimitant la trémie d'escalier.
Les solives sont d'un coté en appui sur la poutre principale qui est encochée pour les recevoir et de l'autre extrémité elles reposent sur les sablières.
Les solives sont fixées aux sablières par de longues vis qui les traversent sur la hauteur.





















Vis wurth 8x 300 Elle chauffe dur la perceuse pour enfoncer ces engins. Ces vis sont concues pour ne pas fendre le bois , donc pas d'avant trou.


Afin  d'améliorer la rigidité de la dalle d'étage, nous fixons en bout de solive une planche de rive (a vérifier la dénomination).  Elle est fixée en bout de solives par vis. Je crois que les vis font 120mm de long.  Nous aurions pu simplement mettre des entretoises entre solives mais on gagne en rigidité en ceinturant la dalle.


fixation d'une solive à la sablière. Enfin, ici l'exemple est mauvais car c'est la solive qui est  également en appui et fixée dans le poteau central.  La planche de rive est à gauche. Sa copine viendra dans son prolongement et sera reliée par une coupe à sifflet .


Vue du dessous des solives en appui sur la sablière et en leur bout la planche de rive



vue de l'extérieur. Le voile travaillant viendra par dessus tout cela et diminuera les passages d'air bien que ce ne soit pas sont rôle



Voici quelques vues de la mise en place du solivage.






Sur les solives, nous fixerons les planches rétières. Ce sont ces planches que nous verrons du rez de chaussée. Afin de les fixer au niveau des sablières, nous pointons à la pointe de 70mm des tasseaux. (4cm x 4cm). nous y ajouterons quelques vis de 80mm.

tasseaux vissés et pointés contre les sablières, sous un grand ciel bleu!!



Une fois toutes les solives mises en place, il faut également penser au passage du tuyaux de poële. Il faut faire l' enchevêtrure dans la dalle d'étage.
Le truc à savoir c'est qu'il ne faut aucune pièce de bois à moins de 16cm du conduit de cheminée. Nous sommes parti sur un conduit de gros diamètre (20cm) en prenant une distance de 19cm au lieu des 16cm réglementaires.  Il n'y a pas de mal à faire plus que pas assez quand il s'agit de sécurité.L
es fabriquants de poële n'utilisant pas le même diamètre de tuyau le charpentier préfère jouer la sécurité quitte à réduire la taille de l'enchevètrure par la suite.


Après avoir soutenu la solive, on coupe.


Ensuite on fixe de chaque cotés les chevètres à l'aide pointes de 120.  ici sur la solive coupée.


Les deux chevètres sont fixées aux solives par pointage mais également pas deux vis de 120.


Et voilà! reste quelques pointes à mettre, mais ça donne ça!



Une fois le solivage fini, reste plus qu'a l'habiller.
Les planches rétières sont une sorte de lambris de 14mm x 146mm .Elles ne jouent pas le role de plancher. Il sert juste de plancher apparent vu du rez de chaussée.  Ce sont des lambris de chez Pinus.  Modèle "les océaniques" en sapin du nord brut naturel.
Ce lambris est de bonne qualité. Elles s'emboitent aisément, et correctement. Le seul reproche, les paquets sont emballés sous un film plastique. C'est du déchet inutile.

Les lambris sont donc pointés du dessus. Le tout est de bien commencer en tirant un cordeau. Ensuite il n'y a qu'a pointer à la pointe tête homme. Je crois que c'est de la pointe de 5cm que nous avons utilisé. Nous mettons trois pointes pour le fixer à chaque solive. Ceci au cas ou de la pluie ou l'humidité viendrait le faire gondoler.

vue de dessus


vue de dessous
 

vue d'ensemble


Le bois sapin du nord n'ayant pas les propriétés du douglas, il faut le protèger tant que la toiture ne sera pas mise. Nous avons investi dans une bâche. Ce n'est pas donné, mais c'est une nécessité dans un pays humide l'été comme l'hivers.

La bache delta plan 6x10m, un nouveau concept de toiture végétalisée synthétique ;-)


Avant de continuer la dalle d'étage, nous avons monté les pignons ainsi que les pannes.  Nous avons mis les baches plastiques en toiture et ainsi il est possible de continuer la dalle d'étage au sec.
Reprenons donc l'histoire du plancher d'étage dans les circonstances de la photo ci-dessous:


DSCN1211



Pour avoir une isolation phonique correcte, il faut intercaller des couches de matériaux "souples" et de matériaux "durs". Enfin, j'explique cela simplement. J'ai donc mis une couche de "Phaltex 5mm de chez Steico" sur les planches rétières

DSCN1222Note explicative du phaltex


Sur le phaltex j'ai vissé une couche d'OSB 4/BAU sans phormaldéhyde (2500x 625X18) de chez chronopan


DSCN1209.JPGnote de l'OSB4 /BAU


DSCN1035
J'ai utilisé des vis 4,5x60 de chez Wurtz


Et ça donne ceci. Les plaques foncées en premier plan sont les plaques de phaltex (120x60) qui sont prises en sandwich entre les planches rétières et l'OSB4/BAU.


DSCN1224Ne croyez pas que j'ai abusé des "magic mushrooms" ou des herbes du grand Bob quand j'ai pris les photos, c'est simplement les baches de toiture qui troublent la luminosité. Je vois la vie en rose vert ;-).


Les plaques d'OSB4/BAU sont rainurées. Il suffit de les enquiller correctement à l'aide d'une masette et d'une calle et visser le tout.


DSCN1225

Pour la finition de la dalle je mettrais un revêtement de sol au jonc de mer. J'ai ce genre de revêtement dans mon habitation actuelle, et c'est vraiment bien et facile d'entretien.




Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 19:22

Le choix que nous avons fait est d'utiliser une structure de type autrichienne pour combler l'espace entre les poteaux de l'ossature poteaux/poutres. 
Cette option nous permettera d'avoir un choix du revètement intérieur. enduit terre avec montant intérieur en colombage ou bien recouvrir le tout en fermacell...

Comme la technique GREB,  nous utilisons des montants 100mm x 40mm.

Nous ferons deux cadres.
Le premier que nous faisons est le cadre extérieur. Une fois fini, il sera facile de mettre les panneaux de contreventement et le pare pluie et nous serons au sec.

Nous avons commencé la structure sous un tout petit peu de neige!  Mais c'est mieux que le temps pluvieux des jours précédents surtout que le soleil était présent et qu'il chauffait nos vieux os!

DSCN1211Quelques flocons sur notre beau toit vert



Nous commençons par le mur nord car il n'y a pas d'ouverture. Ca permet de tester le montage des 10x4 sans les difficultés des huisseries.  Les montants sont fixés directement sur les poutres extérieures des dalles de RDC et d'étage. Donc  il n'y a pas de lisse basse et haute pour ce cadre.


DSCN1215.JPGNos débuts de pose.


Nous avons commencé a visser avec des vis "rocket" de 6 x 90mm que nous lardons par les cotés.  Cependant j'ai commandé de la vis Wurth car il n'y avait plus de stock chez vézo.

 Après avoir essayé les vis wurth j'ai laissé les vis "rocket" de coté. Les Wurth  font 5x90. Leur tète est plus petite, et de ce fait elle ne fendent pas le bois et tire aussi bien. De plus il n'est pas nécessaire de prépercer.

DSCN1220.JPGvoilà les vis "rocket"que je n'utilise plus ;-) 


Donc deux vis en haut et deux vis en bas lardées par montant.

Nous avons mis une petite pointe sous la poutre de dalle basse. Son but est d'avoir un repère à l'axe des montants d'ossature. Cela nous sera utile pour fixer le contreventement et les tasseaux de bardage.


DSCN1214.JPGune petite pointe qui nous sera bien utile plus tard


Les espacements entre pièces verticales "10x4" sont variables. Ils sont  fonction des panneaux de contreventement. L'entre-axe entre 2 montants "10x4" doit ètre inférieur à 60cm afin de répondre aux  recommandations de pose des panneaux chronopan..


DSCN1217.JPG.La face nord finie


C'est à ce moment qu'il a fallut que je prenne une décision que j'aurais du prendre depuis longtemps.  Heureusement que Gwenael (le charpentier était là pour m'aider à prendre des décisions.
Afin de connaitre la hauteur des linteaux des portes et fenètres il faut définir  la hauteur du sol fini.  J'hésitais entre mettre de la tomette, des ardoises ou bien un plancher bois et n'avais pas fait mon choix.  Si je mets des tomettes ou des ardoises, comment vais je les fixer sur la dalle bois?

Normalement nous choisirons des tomettes. Par contre je ne sais pas si je vais faire une dalle chaux sable paille, ou bien si je vais coller les carreaux avec une colle "écologique". Si vous avez un avis sur le sujet, n'hésitez pas à me le donner je suis preneur d'informations.


J'ai donc pris les cotes hors tout des huisseries en y ajoutant 7cm de marge pour la hauteur de sol fini plus 2cm de jeu pour la pose. A la pose des huisseries, ce jeu de 2cm sera "colmaté par du compribande.

exemple: pour les portes  d'entrées et de buanderie, les dimensions hors tout sont de 2180x960. J'ai donc fait des cadres de 2189x962.

Les cadres des huisseries sont de type GREB. Pour l'instant, je n'ai fait que le cadre extérieur.

091119072848441851 copieExemple du cadre GREB sur le coté d'une huisserie. (merci à l'auteur de ce document)


J'ai fait deux types de linteaux de huisseries.
Le premier, pour la fenètre de la cuisine a été fait comme sur une structure GREB. Celà convient bien pour une fenètre de cette dimension.

Pour les portes et les portes fenètres le charpentier m'a conseillé un type de montage différent afin d'augmenter la rigidité du cadre des huisseries.

J'ai coupé les montants intérieurs : hauteur huisserie hors tout +2cm par rapport au niveau du sol fini. J'ai vissé sur ces montants un liteau à plat. Sur ce liteau j'ai vissé un deuxiéme liteau mais à champs celui-ci. Il est également vissé aux montants extérieur.
J'ai ensuite vissé aux liteaux des renforts. Les renforts sont vissés à la poutre de rive par visses lardées

DSCN1281vue d'un angle de linteau  de huisserie
 

DSCN1282vue d'ensemble intérieur

DSCN1280vue d'ensemble extérieur


Toutes ces pièces sont vissées entre elles avec des vis 5x90.  Il faudra sans doute tailler un peu les bottes de paille au niveau des linteaux, mais la rigidité du cadre est importante.

Afin que les bords horizontaux des panneaux de contreventement chronopan aient un appui, nous avons mis des entretoises aux montants "10x4".
Ces entretoises sont fixées avec 4 vis lardées 5x90.
  Les bords du panneaux chronopan sont  également aggrafés sur les entretoises.

.

DSCN1303 entretoise horizontale entre montants sur les raccords des panneaux de chronopan.


C'est sur ce treillis de montants verticaux  et d'entretoises horizontales"10x4" que nous aggrafons les panneaux de contreventement.

Vous pouvez voir le contreventement  ICI




Un grand merci à Laurent et à Sam pour leurs aides dans ce post. J'ai même réussi à faire travailler Laurent un 1er janvier. Ah l'esclavagisme ;-))
 
Outils nécessaires pour ce post:
scie à onglet, crayons, niveau, scie à main, scie circulaire, agraffeuse pneumatique, agraffeuse manuelle, marteau, visseuse sans fil, mètre ruban, équerre, les échelles et grand luxe : les échaffaudages. ça change la vie les échaffaudages.


Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 19:19

La partie supérieure des pignons est une ossature bois adaptée à notre projet. Les dimensions des montants (14,5cm x 4,5cm ) varient me semble t'il par rapport à une ossature ordinaire.  La raison est que je souhaite monter un double cadre intérieur qui pourra ètre recouvert par  des panneaux de fermacell au cas ou les enduits terre ne répondent  pas au projet locatif de la maison.

La première chose, il faut d'après le plan d'execution tailler tous les montants

L'ensemble d'un pignon en ossature bois et les premiers tasseaux du bardages



Ensuite, c'est simple, il suffit de les placer 



Puis de clouer en respectant les entre-axes

Pointage au pistolet à la pointe de 90



un demi pignon presque fini

Afin de supporter la poutre faîtière il faut dimentionner les montants qui auront cette charge. Finalement, cette technique a besoin également de gros poteaux comme le poteaux-poutres.

Parcontre c'est plus facile à réaliser  mais ça n'a pas le même charme.


Les quatre montants sont pointés ensemble



Et voilà c'est fini. Nous avons mis des entretoises qui permetteront de pointer aux raccords des panneaux de contreventement.



Avant de lever les pignons sur la dalle d'étage Nous avons contreventer, mis le pare pluie, les contre-tasseaux et les tasseaux.  C'est plus facile de le faire au sol qu'au bout d'une échelle. vous pouvez ces étapes de la construction   ICI

DSCN1172.JPGle contreventement posé, le pare-pluie mis, le tassautage fini, reste plus qu'a lever le tout.


Avant de monter les pignons, nous les retournons afin de fixer les faux-arbalétriers (4,5cm x 25cm)  Chaque pièce est pointée par pointes de 140. Trois pointes par montant d'ossature.

DSCN1175.JPG

ensuite il faut prévoir les fixations de la poutre faîtière. Ce sont des sabots métaliques qui joueront ce rôle.  Saleté du sabot métalique. Que c'est pénible à fixer. que de pointes! Enfin, il faut se dire que ça fait de beaux muscles!!

DSCN1176.JPGles sabots sont pointés sur la tètes des faux arbalétriers



Une fois ces opérations effectuées, il suffit de monter le tout à l'étage grace à la grue évidemment.  Nous avons passés des boulons de 16 à travers la partie superieure de la structure. Nous avons renforcé le point d'ancrage avec deux planches pour le levage. 


DSCN1177.JPGascension d'un pignon sous la pluie.


DSCN1178.JPGça commence à prendre forme


Maintenant, il faut bien positionner la bète. Vérifier que le kronospan, qui dépasse de 10cm de la partie inférieure de l'ossature, vient bien en appui sur la planche de rive et bien sur que l'ensemble soit bien d'équerre.




DSCN1179.JPGEt hop un ptit coup d'oeil sous la jupe du pignon. c'est bon, le kronospan est bien en appui



La base de l'ossature est fixée par pointage de 140. Une pointe par solive. Ce n'est pas ces pointes qui tiennent le pignon bien évidement.  Elles permettent juste qu'il reste à sa place.



Une fois que les deux pignons sont en place, c'est le moment d'attaquer pour de bon la charpente.
La première pièce à prendre place est la poutre faitière. Elle est composée de deux pièces de 10cm X 30cm et d'environ 4,5m. de belles pièces bien lourdes.


DSCN1182.JPGUne jolie vue de l'emplacement de la poutre faîtière qui elle est en approche par la droite



Les découpes des différentes poutres ont été faîtes préalablement au sol. 
L'assemblage des deux 
parties de la poutre faitère est une coupe à sifflet simple.   La poutre faitière repose en son centre sur le poinçon.
  Deux liens en appuis sur les moises de la ferme  viendront  également soutenir et repartir les charges.

DSCN1164.JPGVoici au sol les deux pièces de la poutre faitière et les liens de contreventement préassemblés.


DSCN1188.JPGet voici la poutre faitière en place. il manque pour l'instant les deux liens centraux

DSCN1194.JPGCoupe à sifflet de la poutre faitière prise dans la partie supérieure du poinçon.


La suite est la pose des pannes. Ce sont les pièces qui sont parallèles à la poutre faîtière. il y a en tout 4 pannes de même section que la poutre faîtière. 

Elles sont également en deux parties et assemblées par une coupe à sifflet. 
Au niveau de leur raccord sur la ferme, elles reposent sur  des échantignoles. Ce sont ces pièces de forme triangulaire pointés à la pointe de 140 sur l'arbalétrier et qui soutiennent les pannes. Comme la panne faitière,  coté pignons, ce sont des sabots métalliques qui maintiennent les pannes.

Les pannes sont encochées de 5cm afin de bien prendre sur la ferme. Une pointe de 140mm fixe la demi panne sur l'echantignole. Une autre pointe de 140 fixera les deux demi-pannes entre-elles

DSCN1193.JPG vue de la ferme, de la panne avec son encoche et en dessous l'échantignolle qui la soutient


Quand toutes les pannes sont en place, c'est le moment de poser les chevrons.

Il y a par pan 14 chevrons de 4cm x 20cm.  Les chevrons ont une retombée importante vu que nous auront 35 cm d'isolant. Chaque chevron est entaillé au niveau des deux pannes.


DSCN1244Vue d'un chevron encoché de 5cm et posé sur une panne.


Les chevrons reposent sur la panne faitière, sur deux pannes intérmédiaires et sur la sablière. A chaque point de repos du chevron nous vissons sur sa hauteur une vis comme celles utilisées pour la fixation des solives des 8x300 . Elles ne sont pas données ces vis, mais gast, elles tirent dur! Des pointes lardées sur les flans des chevrons n'auront jamais cette tenue.  Il est nécessaire de faire un avant trou de 8 sur 5 - 6cm dans les chevrons afin de bien diriger la vis.

DSCN1020vis de maintient des chevrons.


DSCN1252en pleine action a visser les 8x300



Voici en quelques photos ce que ça donne une fois fini.


DSCN1237
DSCN1239
DSCN1243
DSCN1253
DSCN1254N'est ce pas joli?


Une fois toutes les pannes mises en place, il faut mettre les chevètres pour les 4 vélux et pour le conduit de cheminée.

Il faut donc découper ces beaux chevrons tout neufs! Il y aura 4 velux. Deux 114x118 en facade sud, et deux 78x98 en facade nord. Ce seront des vélux "confort". Leur éfficacité thermique est supérieure aux vélux standard. Le coté négatif de ces vélux est qu'ils diminuent légèrement la luminosité de la pièce.

La première chose est de définir l'emplacement de ses vélux et donc de déterminer quels chevrons il faut couper . Il faut aussi penser à la hauteur du vélux, savoir si l'on favorise les personnes de grande taille ou celles de petite taille! un long débat :-)

Une fois ces choix fait, il faut découper le ou les chevrons.
Ensuite on fixe la partie supérieure du chevètre à la
pointe de 140 .


DSCN1257fixation sur les chevrons voisins
 DSCN1259et dans le chevron coupé.

DSCN1260idem pour la partie inférieure. fixer sur les cotés et par le dessus



DSCN1261Ca donne ceci pour un velux 114x118


Le cadre réalisé est souvent trop grand. Il faut donc l'adapter à la taille réelle du vélux. Il faut rajouter une traverse verticale.


DSCN1263mise en place de la traverse verticale.



Attention, pour la mise en place de vélux sur une toiture existante, avant de couper vos chevrons, pensez à bien étayer ceux que vous couperez. Il y a du poids sur une toiture.


Le chevètre de gaine de cheminée est à effectuer comme celle d'un velux.  La gaine de poele passe juste entre deux pannes; donc pas de panne à découper. Nous avons juste mis deux "traverses"

DSCN1265 copie

Il faut maintenant finioler le bas de pente. 
Il faut mettre de niveau le bas des chevrons. Il suffit de tirer un cordeau entre les chevrons des extrémités, tracer à niveau et découper.  Nous aurons un débord d'environ 50cm.

Nous taillons des pièces qui sont vissées sur les chevrons et pointées sur un tasseaux 5x5 lui meme fixé sur la paroi.  Ces pièces permetterons de fixer les sous faces.


DSCN1309rien d'extraordinaire, mais c'est pour montrer ;-)


DSCN1311Et les voici en place

Restait encore une chose, c'était les fonds de caissons de l'isolant en toiture. Là encore rien de spécial. Des entretoises pointées à la 70mm entre les chevrons.

DSCN1312entretoises entre chevrons




Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 19:15

C'est une nouvelle étape l'élévation de la structure. Ce travail a été réalisé sous la direction du charpentier.

Le grutier, ou plutôt la grutière (Eurl Le Borgne Noël 29860 PLABENNEG) est arrivée de bonne heure avec un vent qui soufflait par rafales jusqu'a 65 km/h. une légère brise Bretonne quoi!




un petit panorama vite fait pour donner une idée du bras de levage




Tout était positionné sur place. Il n'y avait plus qu'a lever!

Vue "aérienne"




Levage pignon est...



.....au lever du soleil !



Après avoir correctement haubanné le pignon avec des tasseaux de 5x5, c'est le tour de la ferme de jouer la fille de l'air.


Nous mettons aussitôt une solive afin de relier les deux portiques.


Et on se dépèche de tout haubaner. La brise se lève légèrement





c'est bon, c'est fixé!



On affine la position des poteaux, puis nous les fixons à l'aide d'équerres. Certaines temporaires, d'autres permanentes.





On améliore l'haubanage...au cas où!
 




Et c'est le tour du troisième portique. Nous décidons de fixer au sol les sablières sur les poteaux d'angles .


Pas légère la bête!  Enfin, on n'aura pas à les monter à l'épaule!






La sablière est fixé au poteau par boulon. Il faut donc faire une chapelle afin de noyer la tête du boulon dans le bois pour que celui ci ne gène pas quand nous poserons le voile travaillant.




Et puis, reste à monter le dernier portique

et voilà. Vite fait, bien fait !


Allez pour le plaisir des yeux, quelques détails







Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 19:10

L'emplacement des poteaux:


Réalisation de ce travail sous la responsabilité d'un charpentier pro.


La première structure mise en place sur la dalle bois sera une structure en poteaux - poutres.


Il y aura 10 poteaux de 200x200 qui seront "ancrés" sur la dalle. Ci dessous les tracés des emplacements des poteaux.

le poteau central



Poteau sur rive (milieu de la maison) il reste ici à faire une mortaise


poteau sur rive en pignon


Poteau d'angle




Le tracé et la découpe des pièces :

Nous avons commencé par tracer 
l'épure  au sol.


Tracé de l'épure - ici le poinçon et les arbalétriers.


Sur
l'épure nous avons disposé par superposition et au cordeau  les différentes pièces de bois






Ensuite, Chaque pièce à été repèrée. Nous avons tracé les différents éléments à découper, tailler, défoncer, chanfréner, abouter, mortaiser, percer....ICI
un petit lexique des principaux assemblages que nous utiliserons


Ici il y aura une mortaise et au dessus son perçage de 16mm et à 30mm du bord de poutre



DSCN0757b.jpg
Là réalisation d' un tenon à embrèvement découvert

Le tenon s'emboitera là



 
329-copie-1.jpgici, réalisation d'un moisement à une entaille. son frère jumeau  attend sur l'autre face.


Ici la poutre centrale qui supportera les solives d'étage. Les emplacements de ces dernières seront fait plus tard



  Une fois tout tracé, découpé, mortaisé, ciseauté, percé.....voici, lors du montage à blanc  la ferme centrale.

Le poinçon, les  arbalétriers et les  entraits

Un blochet soutenant l'arbalétrier et la poutre maitresse en dessous


Liaison entre poutre principale, arbalétrier, poteaux extérieur et poteau intérieur



Le montage sur dalle


 Nous avons commencé à tailler les portées de solives d'étage. Chaque solive porte de 5cm dans la poutre centrale. Il est donc important d'avoir une poutre centrale de largeur suffisante afin d'avoir un ensemble cohérent et stable à l'utilisation.


taille d'une portée de solive



Une fois les portée de solives faites sur les deux cotés, la poutre centrale ne semble plus si large que cela!  Encore que.....

Poutre centrale finie



Nous avons alors pu positionner les pièces et les assembler
. Les pièces sont assemblées par chevillage mais aussi par quelques boulons acier.

 Les chevilles sont en accacia diamètre 17 pour des perçage de 16. L'accacia est un bois "souple et résistant. Il peut se plier sans se casser. La taille des chevilles se fait à la bizaigue.


une première coupe large   


puis une deux plus petite

  puis la dernière pour affiner la pointe     


 Et voila. Avant et après! 



Tout le secret de cet assemblage est dans le perçage des deux pièces, l'une ayant un tenon l'autre une mortaise.
 En premier on perce la pièce avec la mortaise à environ 1/3 de sa longueur coté about.

ici vue d'un perçage traversant une mortaise.


. Ensuite on positionne correctement la pièce ayant le tenon. dans la photo si dessus c'est un lien qui est déjà positionné.

On marque ensuite l'emplacement du perçage de la mortaise sur le tenon à l'aide de la mèche de perçage.

Et hop juste un petit coup de morzhol pour marquer

On enlève la pièce avec le tenon (ici le lien)

la marque obtenue après pointage


et on peut percer en décallant le perçage par rapport au marquage précedemment obtenu. On décalle le perçage de 3 à 5mm d'après la tire que l'on souhaite. La tire est l'action que donnera la cheville quand on l'enfoncera.


le perçage se fait coté "intérieur" du tenon.



Reste plus qu'a remonter l'assemblage et enfoncer la cheville. De part le forme de la pointe de la cheville celle ci va passer aisément dans le trou décallé du tenon et tirer la pièce au tenon contre la pièce mortaisée. Avez vous compris mes explications?


remarquez la courbure des chevilles. Vous comprenez qu'elle tire le tenon vers la mortaise




Ensuite on lui coupe la tête pour l'esthétique. Certains préfèrent laisser ressortir la cheville, mais là :"Pep hini zo libr "



Une fois que tout est assemblé, Il faut monter la structure sur la dalle.






Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 19:06

  Travail réalisé sous la direction d'un charpentier pro

 

 

La structure bois repose donc sur les 14 plots béton.

Elle sera montée avec trois techniques différentes. La principale sera du poteau poutre. Ensuite une deuxième structure, ressemblant à la technique autrichienne ou GREB sera montée pour maintenir les bottes de paille. Enfin, les pignons de l'étage seront montés suivant une technique de type ossature bois mais avec des montants plus faibles en profondeur et un deuxième cadre intérieur. Bon, il y a des raisons pour ces différents choix. J'expliquerai plus tard.


N'ayant pas les connaissances suffisantes pour monter la structure bois, nous travaillons avec un artisan charpentier qui a bien voulu m'accepter comme "apprenti".
Dans leur corporation, le maitre est parfois appelé le: "singe" (lui) et l'apprenti qui a besoin du singe pour apprendre est le "lapin".  donc moi!!  Bizarre, mais amusant! Il semble que l'origine de nom vienne que l'apprenti doit courrir ici ou là comme un lapin pour chercher les outils et ce qui manque. Il doit aussi ouvrir en grand ses yeux et ses oreilles pour apprendre.

Notre contrat  me permettera donc d'apprendre énormément, et de bien apprendre.

Nous avions stipulé au charpentier que nous voulions une dalle bien structurée, des raccords de poutres bien fait.

Nous voulions également du douglas hors aubier, sachant que malgrès tout il y en aurait un peu. Effectivement  à la première livraison il y avait de l'aubier, beaucoup trop d'aubier à mon goût. Certaines pièces comportaient plus d'aubier que de duramen! Résultat, retour de la moitié du bois chez le fournisseur de bois.
 


La dalle a été correctement faite.


Le conseil que je donne, c'est d' être très très exigeant, voir pénible sur la qualité du bois. 

Beaucoup de fournisseurs de bois ou scieur disent qu'ils ne savent pas fournir du bois sans aubier. Je pense qu'ils ont pris de mauvaises habitudes, peut ètre dans une recherche de rentabilité.
Donc, soyez très clair sur ce point avec votre scieur. Si vous ne souhaitez pas d'aubier, dites le lui et dites lui également que le bois qui ne répondra pas à vos attentes sera retourné

Le coût du bois sans aubier est d'environ 500€ le m3. Celui avec de l'aubier est d'environ 350€ le m3.  Pour 20 m3 la différence est de 3000€. 
Pour moi, c'est sur ce genre de post qu'il ne faut pas chercher économiser.




Je reviens sur l'aubier avec deux petites photos.

Dans les liteaux de toiture, il y en avait dans les 1100ml quelques pièces qui avaient de l'aubier. Le bois a du trainer longtemps dehors pour ètre attaqué ainsi, mais c'est intéressant de regarder comment vieillissent l'aubier et le duramen.


DSCN1540
DSCN1544
DSCN1545



Revenons à nos moutons




                        

                         Le bois avec aubier. Retour au fournisseur.



                         Bois sans ou avec peu d'aubier.





Allez, il faut se lancer, au boulot!



Pour la dalle nous aurons deux types de coupes pour relier les poutres maitresses. Des coupes dites à "sifflets désaboutés" et des coupes dites à "mi-bois" Nous utiliserons également quelques équerres.


Coupe à sifflet désabouté:  la longueur de cette coupe en diagonale fait environ 1,5 fois la hauteur de la poutre, ou bien, environ 2,5 fois la hauteur de poutre si l'on va de pointe à pointe.




Coupe des abouts. Cette coupe fait 5cm de profondeur




Coupe de la diagonale




 




La coupe une fois finie



Deux poutres de rive mises bout à bout.




Coupe à mis bois: ce type de coupe est pour les angles




vue d'ensemble


Je signale en passant que les données techniques que je vous donne correspondent à notre construction et seraient peut ètre différentes pour une autre construction.
Je les donne à titre d'indication.
La ceinture, je crois que l'on dit poutres de rives, est constituée de poutres de section 300x100mm. Les poutres centrales (300x100mm également) qui forment une croix sont doublées afin d'obtenir une dalle bien stable qui ne donne pas un effet de flottement ou de ressort quand on se déplace dessus.



En dessous j'indique la taille des pointes utilisées. C'est simple, mais quand on part de rien, c'est encourageant de trouver ce genre de petites informations

Sous chaque solives il y a une pointe de 140. entre chaque pointe de 140 il y a une pointe de 90. Les pointes de 70 ont été utilisées pour préfixer les tasseaux sur les poutres. Les tasseaux avaient tendance à se fendre un peu lorsque les 140 s'enfonçaient. Un pré-perçage des tasseaux  avec un petit forêt d'environ 3mm à réglé l'affaire. L'espace entre deux solives varie de 39 à 41cm. Les bottes de paille qui viendront entre feront 45cm





Les solives (250x45mm), en appui sur les tasseaux de (100x40), sont fixées sur les poutres maitresses par pointage. Une pointe de 140  à travers la poutre maitresse et quelques pointes torsadées de 90 lardées.


Chaque solive est entaillée de 50  pour se poser sur le tasseau de 140.




Deux tasseaux de 50x50 sont fixés sur chaque solives par pointes de 70 et de 90 torsadées. Les panneaux de fond de caisson seront posés sur ces tasseaux.

vue de solives et des tasseaux pour l'OSB de fond de caissons.



Afin d'éviter le soulèvement de la maison quand le loup soufflera dessus, des équerres fixent les poutres maitresses aux plots béton. Une équerre
par plot.  Les équerres sont scellées par des chevilles à expansion M12-75.
Des morceaux de bande d'arase sont interposés entre le bois et le béton. Le futur bardage bois recouvrera ces équerres et débordera des plots béton. Tout sera à l'abri de la pluie.
Petit truc en passant Il ne faut pas mettre de rondelle plate acier entre l'écrou et la platine: avec le temps le boulon se dévisserait. Ou alors mettre une rondelle frein.
Attention, La cheville ne doit pas ètre trop près du bord du plot béton car il y a risque d'éclattement. Il faut respecter l'espace pour le cône d'explosion. Le cone d'explosion de la cheville est l'espace de béton que celle ci fragilise quand elle est mise en place.


mise en place d'une cheville à expension.



Une fois les tasseaux fixées sur les solives, il faut  rigidifier ces dernières.  Pour celà il faut entretoiser. Trois entretoises par caisson.


Bien vérifier que les solives n'aient pas de voile et soient en appui contre l'entretoise. Prendre un sert joint pour que chacun prenne sa place, et ensuite clouer à la pointe de 90 torsadée.

3 ou 4 pointes en façade d'entretoises, et deux en travers des solives vers l'entretoise.
L'entretoise du milieu sera mise en place une fois les fonds de caissons posés.

 


Retour d'expérience:

 

Je n'ai pas eu besoin de mettre l'entretoise du milieu car la paille mise en isolation étant tassée, contreventait largement les solives.

 


 





Vue des entretoises bloquant les solives en bout de caissons.


Et voilà, une belle dalle bien stable, bien finie. Une semaine de travail à deux !
Solidité et stabilité testées et approuvées par les enfants ;-).





l'escalier extérieur:

 

Afin d'accéder à la dalle, j'ai fait un escalier tout simple.

 

Les planches utilisées font 120 cm x 25cm x 4cm


 

En premier il faut prendre quelques cotations.


-La hauteur sol-sol : C'est la hauteur que l'on doit monter. que j'avais était d'environ 70cm.

( 40cm de plots et 30cm pour les poutres)

-Le reculement, c'est la  distance horizontale séparant le point de départ et le point d'arrivée de l'escalier.  Je suis parti sur un reculement de 95cm. Plus la distance est réduite et plus la pente est raide.  

 

Ensuite il faut définir le giron et la hauteur de marche;

le giron c'est la distance horizontale séparant les nez de deux marches consécutives moi j'ai 24cm

ma hauteur de marche est de 18,5cm 


Voici un petit programme sympa ici pour les calculer.

 

 

escalier-001.jpgplan de mon escalier extérieur

 


 

DSCN1163.JPG

  et voici la réalisation .

 

 

Environ deux mois plus tard:

Après avoir mis la maison hors d'eau, nous avons fermé les caissons de dalle de rdc. Nous avons utilisé des panneaux d'OSB 8mm qui ont été agraffés à l'agraffe de 40mm au tasseaux précédement posés.
Nous avons mis un cordeau de colle PU, la colle qui pue afin de supprimer tout éventuel passage d'air et empècher nos amis les ptites bètes de passer.


lDSCN1468 les plaques ont été coupées dans le sens de la largeur. moins de chutes ainsi.

a

Maintenant, il n'y a plus qu'a isoler.  La suite est donc dans le chapitre "isolation paille"
ici




L'isolation est finie. Il faut fermer les caissons.

La mise en place des plaques d'osb n'a pas été facile car la paille, une fois les ficelles des bottes  coupées, gonfle rapidement.

Nous avons posé les plaques d'osb à l'avancement. Nous dévissions les plaques mises temporairement, coupions la ficelle des bottes, déroulions le fein vapeur, puis vissions les plaques d'osb.

DSCN0633l'osb mis à droite, le frein vapeur à gauche


Les plaques d'osb étaient des dalles plancher rainurées du meme type que celles que j'ai utilisées pour la dalle d'étage
de l'OSB 4/BAU sans phormaldéhyde (2500x 625X18) de chez chronopan
. Ces plaques rainurées s'enquillent aisément les unes dans les autres si la surface est bien plane. Avec la paille ce n'était pas le cas.

 
Pour faciliter la pose des plaques, une des solutions aurait été de mettre le frein vapeur puis de mettre des tasseaux 4x4 ou 5x5 perpendiculairement aux solives tout les 40cm et de visser les plaques d'osb rainurées sur ces tasseaux. Cependant
il me semble que la paille n'aurait pas été aussi compressée et aurait perdu de sa densité.


Pour mettre les dalles comme nous l'avons fait, il a fallu utiliser des vis 5x90. Des vis plus courtes 4,5x60, prévues pour fixer les plaques d'osb ne tiraient pas assez ou n'étaient pas assez longues pour attraper les solives !!

Pour mettre les dalles, il fallait mettre la languette dans la raynure de la dalle voisine, monter sur la dalle pour écraser la paille et visser. Si l'on avait coupé les ficelles trop tôt, il fallait ètre deux personnes de plus de 80kg pour pouvoir appuyer suffisament sur la plaque pour que les vis arrivent à accrocher dans les solives.



DSCN1642vue de la dalle rdc finie


Finalement, je pense que, même si la pose de ces plaques n'a pas été facile, c'est un bon choix. Le résultat est surprenant de rigidité. Rien n'indique que nous sommes sur une dalle bois. Pas de flottement, c'est stable, ca ne résonne pas. Honnètement, je suis très content de la dalle. C'est vraiment bien!
Voici une autre dalle du même type mais plus épaisse. ici



Depuis que j'ai mis l'osb, il y a eu beaucoup d'eau à passer sous les ponts. les cloisons ont été faites remplies.....

Enfin, je suis donc a poser le fermacell sol.

Il n'y a pas grand chose à dire sur la pose du fermacell sol. Son but est de creer une dalle flottante afin que je puisse mettre de l'ardoise au sol. La dalle bois pourra "bouger" cela n'affectera normalement pas mon ardoise.

Le fermacell sol est de deux types. Avec ou sans bande résiliante. Moi j'ai pris avec. Le fibre de bois permet de rattraper les irrégularités du bois, et c'est aussi un isolant.


20120214_114526.jpg

Le fermacell sol se pose comme un parquet. On commence d'un bout , et quand on arrive à l'autre bout, on revient commencer une nouvelle ligne avec la chute de la ligne précedente.
Voici ici le guide de pose

Les plaques sont collées et vissées entre-elles. C'est une colle pas très écologique. Les vis sont du même type que celle du fermacell de cloison, mais un peu plus courtes: 3,9x19.

20120214_141842.jpgbidon de colle à double sorties

20110908_100044.jpget les vis..

Il arrive parfois que l'on a une grande chute que l'on aimerai bien utiliser. Pour cela il suffit de scier à la scie circulaire la languette manquante.

 
20120214_114504.jpgIci j'ai supprimé les deux couches inférieures.

On fait sauter le morceau en trop .

20120214_113453.jpg
Ici c'est la couche supérieure que j'ai enlevé

il ne reste qu'a nettoyer le restant de colle

20120214_113523.jpg

Et voici une fois en place.

 20120214_115352.jpg


Cette façon de découper les plaques de fermasell sol , m'a permis de réaliser des seuils de portes et de portes-fenètres démontables même quand l'ardoise sera collée.
Vu les soucis que j'ai eu avec les angles non-étanches des dormants de menuiseries ici , je voulais pourvoir accéder (au cas ou) dans le futur à mes huisseries sans tout casser.
Donc tous les entourages des huisseries sont démontables.
Pour le sol voici comment j'ai fait mon truc

20120215_182109.jpg

J'ai mis face à face les languettes des plaques de fermacell sol. Une fois l'ardoise collée, la profondeur de cette espace sera de 2,2cm, et sa largeur de 11cm environ. J'y visserais une planche de chataignier et le tour sera joué.


Le collage de l'ardoise sur  le fermacell ne pose pas de soucis. Il faut utiliser une colle adaptée aux dalles bois. Vu la taille des carreaux, il faut faire un double encollage, c'est à dire que l'on met de la colle sur l'ardoise et sur le sol.
J'ai utilisé une spatule avec des dents de 4mm.

L'ardoise demande plus de temps qu'une pose de carellage, car toutes les coupes se font à la meuleuse. 

Pas besoin d'acheter une scie spéciale, la meuleuse fait très bien l'affaire, mais il vaut mieux faire ses coupes à l'extérieur vu la poussière que cela produit.

Voici une bonne video expliquant la pose de carellage.


Mais bon, c'est tout de même plus facile à dire qu'a faire.

20120524 115249
Les premiers carreaux posés en quinconce avec des croisillions de 3mm

A mon goût, la plus belle pose pour l'ardoise est une pose sans joint, mais je n'ai pas pris le risque en cas de mouvement de la dalle.
Sur les périphéries, pendant la pose, j'ai utilisé mousse afin de ne pas mettre de la colle à carellage dans l' espace de dilatation  qui fait environ 4/5mm.


20120615_102934.jpgJoint en mousse en bord. Les carreaux font 40cm/40cm


 20120605_085328.jpg
Une fois l'ardoise collée, j'ai enlevé le joint périphérique et ai rempli l'espace obtenu par un cordeau de silicone.


20120615_101712.jpg
Ainsi cela reste souple, et empèchera tout passage d'eau vers la dalle lors des nettoyages.


J'ai ensuite découpé à la meuleuse les plaintes


20120621_114248.jpget tout n'est pas là


et les ai collées en mettant dessous des croisillons d'épaisseur 3mm.

20120621_145820.jpg

Avant de remplir ce joint mis un scotch à peinture afin de ne pas barbouiller l'ardoise de colle .
Pour remplir ce joint, j'ai utilisé une colle souple mono composant que l'on utilise pour réaliser les ponts de bateaux. Ca devrait résister au passage de serpillière.

20120627_180141.jpg 
 
Il me reste plus qu'a enlever le papier et à découper au cutter le trop de colle.
Après cela j'ai réaliser les joints de carreaux avec une colle à carrelage spéciale dalle bois.

Au niveau des seuils de portes et portes-fenètresca donne ceci;

 20121116_111047.jpg 
Une  planche de chataignier est vissée dans le fermacell. Pour assurer le joint entre l'ardoise et le bois,
J'ai mis de la bande expensive illmod300 en fond de joint, et de la colle MS polymère comme joint. C'est parfait

20121113_115052.jpg
  j'utilise du scotch à peinture pour avoir des joints propres


Au niveau du seuil de porte, c'est le même type de joint.
L'ensemble ardoise et bois recevront l'huile dure auro.
Je me rends compte que j'utilise à ce niveau de la construction de nombreux produits issus de l'industrie pétrochimique. Je me suis posé la question de coller les ardoises à la chaux, de réaliser les joints également à la chaux, mais ne sachant pas comment tout cela se comporterait avec le temps, je n'ai pas osé.
Si quelqu'un l'a fait, merci  de me tenir au courant afin d'alimenter le moulin à idées.
Après il a fallu nettoyer parfaitement l'ardoise et passer deux couches d'huile dure.
L'huile est une huile de marque Auro achetée en Allemagne car, comme la peinture beaucoup moins chère qu'en France et avec le port gratuit!

J'ai acheté l'ensemble ici https://www.gesundwerk.de

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------t.
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 18:44


Le premier paysan qui devait nous fournir en bottes, devait moissonner le vendredi 14 aout.  Le bottelage devait avoir lieu le mardi ou mercredi suivant si le temps était de notre coté. !! Le contrat oral que j'avais avec l'exploitant était que s'il la paille n'etait pas correcte, il ne me la vendait pas et la broyait sur place. c'etait un deal honnète et franc de la part de l'exploitant même si il n'est guère réjouissant pour nous.
Et c'est ce qui arriva!
La paille n'était pas exploitable pour de la construction. Le temps Breton est le responsable. L'expoitant utilisant ses grains de blé pour produire son pain bio, devait laisser le grain arriver à maturation et le récolter sec. Il ne pouvait le ramasser légèrement humide car il n'utilise pas de séchoir industriel. Ainsi, la paille a eu le temps de se détériorer à cause des averses et des séchages à répétissions. La paille était cassante et partait en "poussière" quand on la bottelait. Elle terminera donc en fumure pour les champs.

Heureusement, nous avons trouvé rapidement pour un prix identique un autre exploitant, non bio celui là, qui nous fournira les 850 bottes nécessaires. Il a profité d'une très courte période ensoleillée et a bottelé de nuit. Les bottes ont été ramassées aussitôt sous hangard.
Coup de chance!





Olivier qui nous a vendu la paille nous signale qu'il lui reste des bottes de paille de blé à vendre. Si vous souhaitez le contacter n'hésitez pas, je vous donnerais ses coordonnées. Un jeune exploitant très sympa qui a permis à mes enfants de faire leur bapteme tracteur sur route. De très bon souvenirs. Le prix d'une botte était de 1.50€ livrée à 10km de l'exploitation.


Les 520 premières. reste 330 pour demain matin





Comment stocker 850 bottes de paille?
Vu le retard que prend notre chantier nous devons stocker la paille plusieurs mois.

Deux choix nous étaient possible: 
-soit stockage
sur palettes et sous bache à maïs sur le terrain , soit dans le hangar d'un copain mais à 7 km du terrain.
J'estime le coût des deux solutions à l'identique. L'achat de la bache pour l'une, les allés/retours avec ma remorque de 3m2 
(7 m3 maxi ) et le coffre du citroen évasion
 (3 m3) soit 10m3 total  soit: environ 80  bottes
maxi par aller.

Voici des devis pour des baches à maïs:

 je ne fais pas de pub, je mets juste les comparatifs que j'ai effectué.

Coopagri Bretagne: 130microns: 16m x 30m = 178.08€
                                  14m x 30m = ?
                                  12m x 30m = ?
                                  10m x 30m = 111,35€

Eolis: 200microns : 10 mètres de large longueur au mètre. 10 € HT mètre.

espace émeraude
150microns:  toutes font 340m2 et sont à 102€
                             10m
x 34 m
                              8m x 42m
                            12m x 28m
                            14m x 25m

Nous choisissons la solution du hangard. la paille sera stockée sur deux rangs de palettes. J'ai mis une fine couche de chaux sur le sol du hangard pour "assainir" la terre battue. je pense mettre un ptit appareil à ultra sons pour éloigner les rongeurs

Partager cet article
Repost0